Gratitudes

Publié le par Bernard LUSSET

Fin d'année. Fin de mandat. Fin d'une aventure. Avant que, peut-être, ne démarrent une année (sûrement !), un mandat, une aventure... Le sentiment qui domine chez moi quand je regarde ces six années qui vont s'achever, c'est la gratitude.

Gratitude d'abord à l'égard de Jean Dionis qui m'a embarqué (plus que je ne le souhaitais vraiment...) dans cette aventure. J'étais prêt à participer au travail collectif, mais je ne pensais pas le faire autant. Les finances, moi qui détest(ais) les chiffres ? Les ressources humaines ? Premier Adjoint ? Quand je repense aux moments où cette organisation s'est décidée dans la tête du Maire, j'étais loin d'imaginer alors tout ce que cela représentait. Jean Dionis avait promis à ses colistiers que ce mandat resterait gravé dans nos mémoires : il disait vrai. Gratitude à lui, d'abord, de m'avoir fait faire des choses dont je ne me sentais ni l'envie ni la capacité.

Gratitude à l'équipe municipale ensuite. Equipe un peu improbable et surprenante qui aurait pu exploser plus d'une fois sur l'un des écueils qui, comme toujours, ont jalonné son mandat. Mais équipe mobilisée autour du projet et du capitaine et, finalement, déterminée à se concentrer sur l'essentiel, le service des Agenais. Merci à chacune et chacun d'eux de cette fraternité et de cette énergie jamais démenties.

Gratitude aux plus de 600 agents de la Ville, du plus gradé au plus obscur : leur engagement, leur loyauté, leur esprit de service des Agenais ont sans doute été l'une des conditions majeures du succès du mandat qui va s'achèver : bravo et merci à chacun d'eux d'avoir respecté et servi, au-delà de leurs propres convictions parfois, une action municipale que nous avons voulue toujours empreinte à leur égard de justice et de respect.

Last but not least : gratitude à l'égard de ces Agenais qui nous ont choisis, par leur vote en 2008, au milieu des mille et une promesses, des mille et une petites saloperies distillées ici ou là. Ils ont rendu possible tout ce qui a suivi. Notre plus grande fierté, au soir de ce mandat finissant, est d'avoir fait ce que nous leur avions dit. Tenir parole quand le politique est si décrié et si peu cru ? C'était le bon chemin. Le seul, en vérité.

Fin de cycle au 30 mars. Pour tout le monde. Ainsi va la vie élective seulement constituée de CDD et c'est très bien ainsi. La chaine qui arrive de loin poursuivra, longtemps après nous, son chemin. Que ceux qui arrêteront là n'en doutent pas : leur implication au service des autres suscite chez les citoyens de cette ville plus de respect et de reconnaissance qu'ils ne l'imaginent, même lorsqu'ils sont discrètement exprimés. Quant à ceux qui, comme moi, solliciteront aux côté de Jean Dionis un nouveau contrat, renforcés par des énergies nouvelles que les électeurs découvriront bientôt, que les Ides de mars nous soient favorables (plus qu'à César...) et que l'action menée jusqu'à aujourd'hui soit portée à notre crédit.

Arrive le temps de désigner les nouveaux maillons de cette chaine municipale, pour que vive une nouvelle aventure collective. Les noms et projets des prétendants bientôt connus, pourra alors s'engager le débat collectif puis s'exprimer le choix individuel des 18 000 électeurs d'Agen, souverains dans le huis-clos de l'isoloir et de leur conscience.

Bel exercice démocratique. Gratitude pour ça aussi.

 

Bonnes fêtes de fin d'année à tous.

Gratitudes

Publié dans on en parle à Agen