A propos des #crues de #Garonne à Agen

Publié le par Bernard LUSSET

 

Garonne fait gros dos ces jours-ci : nous l'avons tous surveillée du coin de l'oeil ce week-end. Ce faisant, j'ai repensé à certains discours entendus ces dernières années. Souvenez-vous...

Garonne, au pied de la digue

Garonne, au pied de la digue

La digue, une erreur ?

Que n'a-t-on entendu cette phrase : Agen "tourne le dos à son fleuve". Pourtant, je me souviens, quand je suis arrivé à Agen il y a près de 30 ans, que ces berges de Garonne n'étaient plus qu'une zone abandonnée, glauque à souhait, que je regrette pas, personnellement.

La digue édifiée depuis, a encore une fois permis ces derniers jours de protéger des quartiers qui, sans elle, auraient dû être évacués. Elle est très utile cette digue et il viendra même un jour, hélas, où nous regretterons qu'elle ne soit pas plus haute...

La voie sur berge, une sottise ?

Les mêmes discours nous ont expliqué à quel point cette voie sur berge était une hérésie, inutile et bruyante, entre la ville et le fleuve.

Ce lundi matin, du côté de Colayrac, le gigantesque bouchon jusqu'à Agen suffisait à comprendre à quel point la voie sur berge est devenue essentielle à notre vie quotidienne. La crue de Garonne justifie même notre volonté de réaliser un 3ème pont sur Garonne, jusqu'à la rive gauche et l'autoroute.

7 crues dans l'année ?

Cette crue dont nous espérons qu'elle passera "gentiment", nous rafraichit donc utilement la mémoire et nous rappelle que nos prédécesseurs ont été bien sages de protéger la ville et d'en profiter pour écarter le trafic de transit de son coeur.

Merci au Dr Paul Chollet !

A propos de cette crue, une Agenaise m'apprenait hier un vieil adage : "Crue de janvier en annonce 7 dans l'année !". J'espère que l'adage se trompe. Sinon, il se pourrait bien que la digue nous montre encore son utilité cette année...

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article