Dans l'équipe

Publié le par Bernard LUSSET

Au moment de la publication de la liste Agen Même 2014, certains de mes amis se sont étonnés de la place que j'y occupais, après avoir été premier Adjoint pendant 6 ans. Pourquoi ce "recul" ? Etais-je entré en dissidence avec Jean Dionis ?! Etait-ce une manière de manifester une volonté de retrait personnel ?

J'ai à chaque fois répondu ce que je vais écrire maintenant. L'élection désormais derrière nous, le Maire et les Adjoints élus, je crois utile d'expliquer notre démarche. Et pardon du caractère exagérément égo-centré de cette chronique mais qui va permettre d'éclairer les conditions dans lesquelles s'est constituée notre équipe Agen Même 2014 autour de Jean Dionis.

Premier Adjoint ?

Lorsqu'entre les deux tours de l'élection municipale de 2008, alors que notre victoire se profilait, Jean Dionis m'a annoncé son intention de me choisir comme premier Adjoint, j'ai longuement bataillé pour éviter ça. Mon engagement à ses côtés était certes total mais je ne voyais pas l'intérêt de placer quelqu'un d'aussi proche que moi dans cette fonction : il me semblait plus tactique d'ouvrir davantage l'équipe.

J'ajoute qu'ayant passé 12 ans de ma vie professionnelle à la mairie d'Agen, je savais que j'y retrouverais vite mes marques et que je n'aurais pas besoin d'être premier Adjoint pour aider Jean dans sa tâche de Maire. La suite est connue : au lendemain de notre élection, Jean Dionis m'a confirmé sa volonté et, la respectant, j'ai accepté, et d'ailleurs avec plaisir, ce beau mandat.

Jean Dionis avait raison : nous avons formé tous les deux un tandem utile et dans lequel j'ai pris beaucoup de plaisir. Je lui suis très reconnaissant de cette formidable expérience humaine et politique, empreinte d'un profond respect mutuel, au-delà même de notre amitié, à des années-lumières de l'image d'entêtement qu'on lui prête parfois.

Comme Jean Dionis l'a gentiment rappelé ce matin, le tandem maire/1er adjoint à Agen n'a pas toujours été aussi soudé que celui que nous avons formé pendant 6 ans : la Ville d'Agen n'y a rien perdu.

Re-nou-ve-ler !

Quand au printemps de l'année dernière, nous avons commencé à penser sérieusement aux municipales 2014, j'ai longuement débattu de cette échéance avec Jean Dionis, avec une obsession en tête : si nous sentions bien que le travail réalisé pendant 6 ans serait notre meilleur atout, je conservais quelques souvenirs désagréables d'un passé plus lointain où j'avais vu des adjoints sortants, reconduits dans leur mandat, se transformer en "super-chefs de service".

Or, une Mairie pour bien fonctionner a besoin d'avoir des élus investis certes, mais pas d'élus techniciens : ça, c'est le boulot de l'administration. Il fallait donc organiser le renouvellement de l'équipe et, pour les sortants, poser un principe : sauf exceptions, les sortants ne seraient pas reconduits dans les mêmes fonctions.

Une fois annoncé, ce principe ne valait à mes yeux qu'à condition qu'il y ait le moins d'exceptions possible. Et franchement, parler de renouvellement d'équipe avec le même ticket Dionis-Lusset en tête de liste ? Ca n'aurait pas été sérieux.

J'ajoute qu'à mes yeux, l'engagement public n'est pas une sorte de course à l'échalote, de parcours professionnel où, forcément, on grimperait d'un échelon à chaque étape. L'oxygénation de l'équipe me semblait absolument prioritaire.

Adjoint ?

Début janvier 2014, une fois la sélection de la nouvelle équipe faite, il fallait encore l'organiser et nous voulions que les nouveaux entrants ne soient pas là pour faire de la figuration, en fin de liste, mais exercent bien des responsabilités en cas de victoire.

Nous avions en tête l'exemple de Maïté François, élue pour la première fois en 2008 et qui a été avec sa complice Marie Esculpavit -notre doyenne du jour- une formidable Adjointe aux écoles. Pour moi, elle a été la meilleure d'entre nous depuis 2008 : bien que tout-à-fait novice, elle s'est totalement investie dans une lourde charge, toujours positive et souriante, à l'écoute et impliquée, solide et courageuse. Bref, Maïté est un exemple pour nous tous.

Donc, faire "monter" des nouveaux. Et, par voie de conséquence, faire "descendre" des anciens. A commencer, tout naturellement, par le premier Adjoint...

Ma collègue Maïté François : à mes yeux, l'élue la plus méritante de la génération 2008

Ma collègue Maïté François : à mes yeux, l'élue la plus méritante de la génération 2008

Nouveau mandat, nouveau 1er adjoint

Ce n'est pas parce qu'un tandem a bien fonctionné pendant un mandat qu'il serait la seule formule possible. Nous sentions tous la nécessité, si nous étions élus, de créer les conditions d'un souffle nouveau.

Dans ces réflexions en amont de l'élection, au moment où se posent les questions de fond, le choix du premier Adjoint pour ce nouveau mandat, en réalité, s'est imposé tout de suite : Pierre Chollet, notre conseiller général d'Agen, a formé avec Jean Dionis un duo d'une incroyable pêche et d'une formidable complémentarité dans la belle aventure des quartiers. Il était là, sous nos yeux, ce premier adjoint d'un éventuel second mandat.

Je garderai longtemps le souvenir de ce repas à trois, Jean, Pierre et moi, au cours duquel s'est exprimée cette évidence. Une rencontre émouvante, forte de la sincérité des propos échangés, empreinte d'amitié et d'un peu de solennité. Je suis fier que notre équipe ait su vivre des moments comme ça : j'y ai repensé ce matin, ému et heureux, en voyant Pierre prendre place aux côtés de Jean.

L'équipe, l'équipe, l'équipe !

J'ai un peu honte, en relisant cette chronique, d'y avoir tant parlé de moi. Mais je voulais expliquer à ceux que ça intéresse les conditions de mon engagement renouvelé aux côtés de Jean Dionis pour 2014-2020. La politique, c'est avant tout une affaire d'hommes et de femmes qui s'engagent, et comme toute aventure humaine, les considérations personnelles pèsent, au meilleur sens du terme.

Tout ça ne doit pas faire oublier que l'exercice d'un mandat municipal est d'abord collectif : les caprices de star n'y ont pas leur place ! "Ministre" de ceci ou de cela, c'est toujours sous le contrôle du Maire et c'est toujours au nom du collectif qui vous a placé là.

Etre en charge plus particulièrement d'un domaine n'interdit d'ailleurs pas de s'intéresser à tout le reste : une fois encore, les élus doivent rester profondément les représentants des citoyens qui les ont choisis et se tenir à l'écart des considérations trop techniques.

Mes amis sauront désormais pourquoi et comment j'entame ce nouveau mandat avec les responsabilités que le Maire décidera de me confier.

En tout cas, en équipe.

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maité françoise 31/03/2014 08:22

vous etes tout à fait capable de mener à bien votre tache confiance en vous félicitations