Fiasco territorial

Publié le par Bernard LUSSET

Au départ, il s’agissait de constituer des régions capables de porter à l’échelle européenne un projet de développement économique durable. Mais à la fin, il ne reste de la réforme qu’un petit tripatouillage entre visiteurs du soir, plus préoccupés de préserver leurs baronnies locales que de promouvoir le développement local.

Dans ce fiasco, l’aveuglement d’Alain Rousset a empêché tout débat public aquitain sur la question du futur territoire régional. L’Aquitaine a ainsi vu son territoire d’abord préservé dans la version présidentielle initiale du projet, puis uni à celui de Poitou-Charentes et désormais fusionné avec le Limousin ! On attend avec impatience la suite : fusion avec la Corse ou l’Alsace ? Rien n’est impossible avec l’amateurisme balbutiant qui préside à cette réforme.

Pendant qu’on joue avec des scénarios improbables, le rapprochement entre Aquitaine et Midi-Pyrénées continue d’être soigneusement écarté de la réflexion. Les CCI appellent à cette fusion ? Un nombre grandissant de conseils généraux, municipaux et intercommunaux expriment leur préférence ? Des élus de tous bords soulignent la pertinence qu’aurait une grande région Sud Ouest ? Peu importe : seul compte l’avis d’Alain Rousset qui précipite l’Aquitaine vers une impasse, fruit de l’union d’un incroyable déni démocratique et d’un monstre technocratique parisien.

Un fiasco.

Fiasco territorial
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aquitain 15/07/2014 17:02

Confirmation du retour de "Aquitaine + Poitou-Charentes + Limousin".

La stratégie à adopter selon moi, c'est une menace des départements 64, 40 et 47 qui doivent demander le rattachement à Toulouse, pour voir comment réagit Bordeaux.

Si Bordeaux préfère administrer le Poitou et le Limousin, et perdre son accès à l'Espagne, la côte basco-landaise, la moyenne vallée de la Garonne et son bout de Pyrénées, pourquoi pas, que Bordeaux le dise alors clairement.

On paye terriblement l'absolu manque de courage d'Alain Rousset, qui pensait s'en être bien sorti en maintenant son moignon d'Aquitaine via des petites négociations de couloir et qui au second tour, voit sa région noyée dans un ensemble dont le centre de gravitation se déplace démesurément vers le Nord, vers des régions, qui sans même parler d'identité locale, sont absolument étrangères sur le seul plan des bassins de vie à l'actuelle Aquitaine méridionale.

Aquitain 15/07/2014 18:06

C'est à dire que l'on ne s'active vraiment que quand l'on se sent menacé, même si je crois en effet que les Picto-Charentais sont meilleurs que les Aquitains (beaucoup de députés-godillots PS depuis les dernières élections, c'est un fait).

Le maintien de la région Aquitaine en l'état dans le premier projet hollandien n'a pas excité les esprits en Aquitaine. Rousset nous a endormis.

Mais depuis l'annonce de la fusion avec le Limousin, et maintenant avec Poitou-Charentes, on peut penser que les élus sud-aquitains vont à leur tour réagir.

Pour l'Aquitaine méridionale, se retrouver dans un gros truc qui va jusqu'à Châtellerault, c'est quand même quelque chose de suffisamment choquant.

Bernard LUSSET 15/07/2014 17:51

La aussi, vous avez raison : nos amis charentais nous donnent une sacree lecon de lobbying !

Aquitain 15/07/2014 17:35

Il n'est même pas certain qu'Alain Rousset soit reconduit à la tête de cette région lors des prochaines régionales, il a échoué sur toute la ligne ...

Maintenant, c'est grave, la région "Lipoitaine" est un monstre, assis sur deux bassins géographiques différents. La menace de la sécession des départements sudistes est la seule crédible.

Je ne comprends toujours pas comment le lobbying des élus de Poitou-Charentes fait pour être plus fort que l'évidence d'un Sud-Ouest réunifié ... Que se passe-t-il ?

La région "Lipoitaine", si elle est maintenue, ne durera pas 10 ans.

Bernard LUSSET 15/07/2014 17:04

Absolument d'accord avec vous sur l'eminente responsabilite d'Alain Rousset dans cette affaire ou il s'est vu plus beau et plus fort qu'il n'est... Sauf que c'est de nous et de nos enfants qu'il s'agit...

Aquitain 13/07/2014 17:25

Il semble que mercredi, l'on annonce le retour au projet Aquitaine + Poitou-Charentes + Limousin.

Cela doit servir de leçon aux hommes politiques du Sud-Ouest : on ne peut pas se découvrir nos affinités naturelles soudainement sans avoir en amont préparer les esprits.

L'opposition Bordeaux-Toulouse semble une évidence aux yeux du grand public et du monde politique, contre toute la réalité de l'imbrication économique des deux entités que sont Aquitaine et Midi-Pyrénées.

Le lobbying métropolitain d'élus comme Bussereau semble plus efficace que la parole d'élus de villes moyennes d'Aquitaine. Peu importe en somme que Mont-de-Marsan, Pau ou Agen plaident pour l'axe garonnais, pour retrouver leur orbite naturelle.

Tout cela augure de régions ingérables et d'arbitrages impossibles à faire, entre des pôles économiques et culturels antinomiques. Seules les métropoles bordelaise et toulousaine s'y retrouveront.