Pourquoi je soutiens Hervé Morin

Publié le par Bernard LUSSET

L'UDI va élire son Président pour poursuivre et amplifier l'initiative de rassemblement lancée par Jean-Louis Borloo. Quatre candidats sont en lice : Yves Jégo, Jean-Christophe Lagarde, Jean-Yves Fromentin et Hervé Morin.

Cette compétition interne se déroule dans le meilleur esprit et il n'est donc pas question pour moi ici de dire du mal d'un des candidats que je ne soutiens pas. Je préfère dire les trois raisons pour lesquelles Hervé Morin me semble le mieux à même de présider l'UDI.

Constant et courageux, profondément humain, expérimenté : le Président dont l'UDI a besoin

Constant et courageux, profondément humain, expérimenté : le Président dont l'UDI a besoin

Constant et courageux

Des quatre candidats, Hervé Morin est sûrement celui qui incarne le plus clairement le centre-droit, c'est-à-dire cette famille politique européenne, libérale modérée et claire dans ses alliances avec la droite républicaine. Je ne lui ai jamais connu d'autre appartenance politique : centriste viscéral depuis toujours, attaché à bâtir la politique autour des hommes et pas l'inverse, Hervé Morin a sû dire, dans des circonstances politiques compliquées, pourquoi il ne soutenait pas François Bayrou dans son aventure du Modem.

C'est à lui que nous devons la création du Nouveau Centre. Et il fallait du courage pour surmonter les moqueries d'alors ! L'ex-UDF, coupée en deux une première fois par la création de l'UMP, se trouvait de nouveau divisée par la création du Modem.

Les débuts du Nouveau Centre furent (très) modestes... et très difficiles. Mais Hervé Morin a tenu bon, solide sur ses convictions, courageux face à l'adversité : je n'oublierai jamais ce que nous lui devons, ni ce que ses capacités d'animation ont permis de faire.

Profondément humain

Je sais bien que la politique est un exercice trop dur pour laisser quelques coeurs tendres s'y adonner. Et Hervé Morin a montré, depuis longtemps, qu'il avait du coffre. Pourtant, ces expériences politiques ne l'ont jamais profondément changé : c'est un homme, qui parle et réagit comme un homme, avec ses limites, ses faiblesses, ses exaspérations, mais aussi ses passions, sa foi en l'avenir du centre, son rejet des caritures ou des raccourcis médiatiques idiots.

A la tête de l'UDI, j'ai la conviction que cette humanité sera très utile avant de rentrer dans la folie pré-présidentielle qui fait tourner tant de têtes : celle d'Hervé Morin est solidement ancrée. C'est tant mieux.

L'expérience

Député depuis 1998, élu local ancré, Hervé Morin sait tout de ce que la politique amène sur le terrain. Habitué des cabinets ministériels, des directions de parti, des campagnes au plus haut niveau, ancien Ministre de la Défense, Hervé Morin sait aussi parfaitement comment "ça marche à Paris".

Cette alliance du terrain, de l'humanité, de maîtrise de la vie publique et des plus hautes fonctions nationales constitue un cocktail gagnant pour celui qui deviendra, je l'espère, Président de l'UDI.

Au moment où le pouvoir socialiste truste de la pire manière l'actualité avec ses reniements, ses divisions ou ses révélations, ne sous-estimons pas, nous centristes appelés à voter, l'importance du choix qui se présente à nous.

Commenter cet article