Alain Juppé en campagne

Publié le par Bernard LUSSET

Alain Juppé était à Agen ce vendredi, dans le cadre du tour de France qu'il réalise chaque semaine dans la campagne des primaires.

Une salle du Skating comble pour écouter Alain Juppé

Une salle du Skating comble pour écouter Alain Juppé

L'homme Juppé, aux antipodes de son image

"Droit dans ses bottes" est sans doute l'expression qui colle le plus à l'image publique d'Alain Juppé avec son cortège de qualificatifs : raide, suffisant, distant, sûr de lui, etc... Ah ça, on en entend sur Juppé !

Mais quand on le rencontre, quand on l'écoute, quand on le voit échanger avec les gens présents, alors c'est une toute autre image qui apparait : l'homme est avenant, drôle et ouvert. Puissament investi dans la mission qu'il s'est donnée mais étonnamment disponible. Porteur d'un message fort, d'une vision exigeante, de réformes ambitieuses mais plus que tout désireux d'apaiser, de rassembler les Français. Sincèrement inquiet même des tensions qui traversent le corps social et absolument convaincu qu'elles mènent à une impasse, aux conservatismes, à l'immobilisme.

Rassembler, rassembler, rassembler...

De ses adversaires au sein de la primaire, Juppé dit seulement : "des compétiteurs. Mes deux seuls adversaires sont le FN et le Président sortant". Pas un mot d'agression, pas un mot du tout sur ses "compétiteurs" de la primaire. Et pourtant, il suffit de se balader sur les réseaux sociaux pour voir à quel point se déchainent contre lui les attaques les plus basses, les plus viles, les mensonges les plus éhontés au fur et à mesure que les sondages le donnent gagnant.

Mais Juppé trace sa route, prend les Français à témoin, écoute leurs attentes et propose, thème après thème, son projet pour la France, enrichi de ses échanges de terrain. Parce que seul compte le rassemblement le plus large des Français au service de la réforme.

Tout le reste est dérisoire.

Pas de facilité de langage, pas de démagogie

Les temps à venir seront-ils compliqués ? Juppé ne le conteste pas mais il semble ébahi et exaspéré par ce discours anti-français répété partout, qui tourne le dos à ce que nous sommes, à nos atouts et qui constitue une impasse absolue pour le pays. Avec Juppé, pas de petite phrase facile, pas de discours adapté en fonction de l'auditoire, pas de démagogie : juste, tracer le meilleur sillon pour le pays.

"Je préfère perdre en disant la vérité que gagner en mentant"

Alain Juppé

Juppé "sent" le pays

Le Maire de Bordeaux sait bien ce que pensent ses compatriotes des politiques, lui compris : rien de bon, ou si peu. Tant de déceptions accumulées. Le seul remède possible, c'est de prendre des risques, dire la vérité avant l'élection, pendant la campagne. Annoncer ce qu'on fera si on est élu, même face à des publics hostiles. Et, ensuite, une fois élu, s'y tenir, s'appuyant sur la légitimité du suffrage universel.

Dans ce discours franc, les qualificatifs sottement attribués à Juppé, du coup, le servent : chacun comprend qu'élu Président de la République, cet homme-là ne s'en laissera pas compter et fera ce qu'il s'est engagé à faire. Son expérience d'homme d'Etat et de Maire, son âge même, loin d'être des handicaps, sont sans doute ses meilleurs atouts : avec Juppé, la France sera de nouveau gouvernée.

Ca la changera...

Refuser les facilités

Il est de bon ton de taper sur l'Europe ? Juppé propose, au contraire, d'y rendre à la France toute sa place et de faire de cette Union, réformée, notre meilleur atout face aux défis de l'immigration, de la compétition économique internationale, de la dérèglementation globale, de l'instabilité du monde.

Le jeu de massacre anti-fonctionnaires est la règle ? Juppé salue l'engagement de ces serviteurs de l'Etat et leur annonce qu'ils devront, demain, travailler plus et mieux et que de nouveaux outils accompagneront de nouveaux fonctionnements.

La désignation de boucs-émissaires sert de programme électoral à certains ? Juppé refuse ce court-termisme mortifère et construit un vrai chemin de rassemblement, autour des valeurs qui fondent ce que nous sommes, sans ostracisme mais sans faiblesse.

Bref, dans une période où bien des candidats pensent caresser l'électorat dans le sens du poil avec des promesses à géométrie variable, Juppé, lui, fait le pari que les Français en ont soupé des promesses jamais tenues, des coups de menton martiaux jamais suivis d'effets, des polémiques stériles pour un mot ou un autre.

Et vous, maintenant ?

Les primaires de l'alternance auront lieu les 20 et 27 novembre prochains. Pour y participer, il suffira d'approuver par une signature le texte suivant

"Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France."

et de verser 2 euros par tour de scrutin. Nul besoin de présenter une carte de parti politique, nul affichage public (la liste des votants demeurera confidentielle et sera détruite au lendemain de la primaire). Des bureaux de vote seront implantés partout en France et un site web permettra dès juin de connaître l'adresse du bureau de vote le plus proche.

Alors, le temps est venu pour tous ceux qui aspirent à une alternance utile en 2017 de prendre leur part à ce changement. Pour le faire, rien de plus simple : cliquez sur le lien ci-dessous, sélectionnez le comité le plus proche de chez vous et rejoignez-nous.

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article