Après le débat du second tour

Publié le par Bernard LUSSET

Deux candidats de très bon niveau : quel que soit le résultat de dimanche, la droite et les centres pourront se rassembler autour d'un candidat qui honorera notre famille de pensée et pourra, à bon droit, prétendre incarner avec force et dignité la fonction présidentielle. Ca nous changera... C'est de bon augure pour l'élection présidentielle dont nous aurions tort de penser qu'elle est gagnée d'avance. La Présidentielle n'est pas la Primaire.

Un débat de second tour utile : les résultats du premier tour ont placé les acteurs de cette primaire dans une situation que peu avaient anticipé. Le débat de jeudi a permis d'éclairer le choix des électeurs, pour la part de programme et de méthode qui distingue François Fillon d'Alain Juppé. Il eût été dommage de se priver de ce second tour. Un regret : encore une fois, l'Europe, sujet majeur s'il en est, aura été écarté des débats dans l'indifférence générale : quelle pitié !

Un débat de bonne tenue : les deux candidats sont issus du même parti politique. Ils ont en commun à la fois un même regard porté sur le bilan de François Hollande et beaucoup de propositions communes. Il est donc naturel que la campagne se concentre sur ce qui les distingue et il ne faut pas s'offusquer des débats -de bonne tenue- que font naître entre eux ces différences.

Un débat éclairant : s'il fallait résumer -et donc trahir un peu- le choix de dimanche en deux formules, je retiendrais volontiers celles-là : "il faut casser la baraque pour la reconstruire autrement" (F. Fillon) et "la réforme, ce n'est pas la pénitence : c'est l'espérance" (A. Juppé). Deux slogans qui montrent qu'au-delà de certaines priorités qui varient, les différences portent surtout sur la méthode et le calendrier. Question de curseur, en quelque sorte : à chacun de nous de choisir dimanche.

Vivement dimanche ! Sur les réseaux sociaux, l'exaltation ces dernières semaines l'a parfois emporté sur l'intérêt réel des commentaires. La flamme militante sans doute... Depuis lundi, certaines envolées sont devenues carrément comiques lorsqu'elles s'exercent aujourd'hui au bénéfice d'un candidat dont les mêmes disaient souvent pis-que-prendre la semaine dernière. Il est temps que ça se termine et que vienne le moment du rassemblement et, avec lui, l'apaisement des esprits et des plumes.

Dimanche, prendre sa part au choix : à l'issue de cette belle campagne, je renouvellerai avec conviction dimanche mon vote en faveur d'Alain Juppé ; plus que jamais, je pense qu'il porte un projet capable, plus que celui de François Fillon, de rassembler une majorité de Français en mai prochain. Car je demeure convaincu qu'il n'y a pas de réforme possible dans notre pays sans rassemblement très large des Français autour d'un projet précis et réaliste : nous verrons ce qu'en diront dimanche les électeurs.

Lundi, place à l'élection présidentielle : dès lundi, débutera la longue séquence présidentielle qui s'achèvera les 23 avril et 7 mai 2017. Je serai très heureux de pouvoir m'y engager aux côtés d'Alain Juppé. Si c'est François Fillon que les électeurs choisissent, je m'y engagerai avec la même détermination.

Car l'objectif de cette primaire est bien de proposer au pays l'alternance dont les Français ont tant besoin.

Plus que jamais, je pense qu'Alain Juppé porte un projet capable de rassembler une majorité de Français en mai prochain

Plus que jamais, je pense qu'Alain Juppé porte un projet capable de rassembler une majorité de Français en mai prochain

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article