Il est temps de réagir

Publié le par Bernard LUSSET

Le tsunami électoral qu'on nous avait annoncé a bien eu lieu : Macron disposera dimanche prochain d'une impressionnante majorité de députés, tous aux ordres, pour mettre en oeuvre sa politique. Voilà qui devrait au moins rassurer ceux qui souhaitaient "donner une majorité au Président"...

A Agen-Nérac comme partout ailleurs, c'est le candidat Macron qui est arrivé en tête des suffrages. Un socialiste bon teint, fraîchement repeint aux couleurs d'En Marche, pour rompre avec le quinquennat de Hollande ? Peu importe : la grande lessiveuse Macron est en marche.

Face à cette déferlante, Jean Dionis et Dominique Bottéon, candidats LR-UDI, font figure de miraculés quand on regarde partout autour de nous. Reste que la future Assemblée nationale ne ressemblera en rien ni à la France ni aux Français : Macron fait 24% à la présidentielle et 28 % aux législatives, ça ne justifie pas qu'il obtienne 75 % des sièges de députés.

Il est temps de réagir

La longue séquence électorale débutée à l'automne dernier avec la première primaire a lassé beaucoup d'entre nous. Il n'empêche : un Français sur deux s'en fout de la politique qui sera menée pendant cinq ans ? A Agen, 13 candidats, représentants une palette de choix des plus larges et, malgré ça, 41464 électeurs d'Agen et Nérac qui vont à la pèche ?

Il est encore temps de réagir

Faut-il vraiment qu'Agen et Nérac ajoutent dimanche un représentant anonyme de plus à la longue cohorte des députés En Marche ? Je suis convaincu du contraire. Je ne mets pas ici spécialement en cause le candidat En Marche. Mais dans une majorité à plus de 400 députés, il ne pèsera rien et sa voix, celle de l'Agenais et de l'Albret, non plus. Dire le contraire, c'est simplement se moquer des électeurs, ou tout ignorer du fonctionnement de l'Assemblée nationale.

Il est encore temps de réagir dimanche. Il est encore temps de donner à notre département un représentant qui saura porter d'une voix forte nos attentes, un député qui ne devra pas son élection au Président de la République mais aux seuls électeurs d'Agen-Nérac.

Un député libre pour porter une voix forte. La nôtre.

Il est temps de réagir
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article