Josette : l'école de l'exigence et du sourire

Publié le par Bernard LUSSET

Merci au Petit Bleu de cette belle photo

Je garde un souvenir précis de ma première rencontre avec Josette Tanassichiou. Jeune assistant parlementaire du Dr Chollet fraichement élu député, il avait été convenu que je viendrais tenir une permanence hebdomadaire à son bureau de l'Hôtel de Ville d'Agen où il était également Adjoint au Maire.

Il y a 34 ans, rien n'était comme aujourd'hui. Quand on entrait à l'Hôtel de Ville, on passait devant la loge des concierges qui partageaient généreusement avec les visiteurs les effluves du plat en train de mijoter dans leur cuisine à l'arrière de la loge... Le véritable accueil se faisait au 1er étage, près du bureau du Maire. C'est là qu'officiait Josette.

Elle n'était pas seulement l'hôtesse en charge de l'accueil : elle était la gardienne vigilante et sourcilleuse de la tranquillité et de l'information du Maire de l'époque, Georges Ricci. Josette "tenait" la maison et son bureau était la véritable tour de contrôle de la Mairie. Pas un sujet qui ne la fasse caler. Pas un problème qui ne puisse être solutionné. Elle connaissait la Mairie et la Ville dans leurs moindres détails.

Lorsque j'ai accompagné trois ans plus tard le Dr Chollet élu Maire, Josette, naturellement, était là. L'époque avait un peu changé et, il faut le dire, notre vision de l'organisation du cabinet du Maire aussi. Josette a su s'adapter à ce contexte nouveau avec une volonté et une humilité jamais prises en défaut dont je lui ai toujours été reconnaissant. Douze ans durant jusqu'en 2001, j'ai eu le privilège de compter Josette dans l'équipe du Cabinet que je dirigeais : je n'ai eu qu'à me louer de son implication.

Car Josette était le "visage" de la Mairie, à l'aise avec tous les visiteurs, en toutes circonstances, veillant jalousement à ce que chaque détail fut parfaitement en ordre. Quand Josette s'occupait d'une réception, c'était l'assurance d'une organisation parfaite. Qu'un problème survienne et pas une porte ne résistait à Josette : il fallait traiter le sujet sur-le-champ. Et malheur à qui sous-estimait l'importance du sujet...

La même exigence et le même sourire ont été sa marque de fabrique à chaque fois que la Ville s'exportait, notamment au Parc des Expositions d'Agen. Je pense notamment aux Forums d'Agen où la planète des ONG humanitaires avait ses repères annuels : Josette s'y était taillée une réputation d'excellence qui rejaillissait sur toute la ville d'Agen, bien au-delà de nos frontières. Veillant à tout et sur tous, Josette Tanassichiou y était connue et appréciée de tous.

Combien de fois l'ai-je vue, fatiguée ou exaspérée, se transformer en un clin d'oeil dès qu'un visiteur arrivait. Car Josette était le sens du service public porté à un niveau d'exigence rare. Grâce à elle, des générations de jeunes collègues se sont formées, poursuivant son souci de l'excellence pour l'accueil réservé aux visiteurs municipaux.

Il m'est arrivé de recroiser Josette lorsque nous avons été, l'un et l'autre, élus municipaux dans nos communes respectives. Je sais qu'elle a mis dans l'exercice de sa fonction élective la même implication et le même engagement que dans sa vie professionnelle. A distance, j'ai suivi discrètement son long combat contre la maladie, admiratif devant sa volonté et son souci de se présenter en toutes circonstances sous son meilleur jour.

Josette Tanassichiou était une personnalité à part de la vie municipale agenaise ; elle nous laisse en héritage son école de l'exigence et du sourire. Merci à elle de ce qu'elle a été pour Agen, pour le sens du service public et pour nous tous.

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BERNET Martine 14/08/2020 11:48

Bel hommage à Josette très appréciée de tous. Merci