Agir, enfin

Publié le par Bernard LUSSET

Sidération

En janvier, après les crimes de Charlie Hebdo et l'Hyper cacher, nous avons pensé que les assassins visaient à travers leurs victimes ciblées notre liberté d'expression ou de croyance, ce qui avait suscité l'émotion collective que l'on sait. Les attentats de Paris nous montrent que, bien au-delà, c'était tout le pays, ses habitants, ce que nous sommes, notre diversité et ce qu'elle représente qui étaient visés. Une attaque globale.

Nous découvrons aussi que les auteurs de ces faits sont, pour beaucoup, nos propres enfants, nés chez nous ou nos voisins européens, éduqués dans nos écoles, fréquentant nos rues, nos clubs sportifs, parlant notre langue. Petit à petit, nous découvrons même que les plus radicaux qui passent à l'acte sont souvent de récents convertis : leurs pères rêvaient dans les années 70 d'un monde "peace and love" ou d'ascenseur social. Eux ne rêvent que de détruire les plaisirs et libertés du monde qui les a vu grandir.

Peur et colère

Comment ne pas être effrayé par un tel constat ? Et comment ne pas comprendre ce qui nous attend ? Comment ne pas voir qu'après le drame du Bataclan, la virée sanglante dans les rues de Paris et l'attentat raté des Pieds Nickelés du Stade de France, d'autres attaques arriveront, malgré la mobilisation des services de sécurité. La peur bien sûr, légitime.

Et puis la colère qui fait jaillir une radicalité qui n'avait pas besoin de ça pour croître en nous. Colère contre les assassins, contre ceux qui les aident et ceux qui les manipulent, contre ceux qui ne les combattent pas, contre une société incapable de se protéger, de nous protéger. Une colère qui s'élargit au point de mettre tout et tous dans le même sac.

Plutôt que cette envie d'en découdre, mieux vaudrait nous préparer à un combat qui sera long et qui éprouvera durement notre capacité individuelle et collective de résistance.

Agir, enfin

Réaction saine et habile de F. Hollande

Je critique ici assez souvent l'incapacité du Président de la République, pour pouvoir saluer sans arrière pensée son discours de lundi devant le Congrès. La réponse présidentielle me semble en effet être plutôt à la hauteur des enjeux. J'apprécie qu'elle soit aussi ouverte aux suggestions de l'opposition : ça change. Cet esprit d'ouverture et de rassemblement est-il dénué d'arrières-pensées et d'habileté chez François Hollande ? Bien sûr que non.

Mais seul m'importe le résultat. A cette ouverture présidentielle doit correspondre au sein de l'opposition une capacité à dépasser les postures étroitement partisanes. Sur ce sujet, les Français exigent une réaction sinon d'union du moins de rassemblement national. Parce qu'elle seule peut permettre une action publique efficace. Le reste est dérisoire.

Droits et devoirs

Collectivement, nous avons vécu ces dernières décennies en donnant aux libertés individuelles une primauté excessive sur nos devoirs. Au point que nous avons collectivement perdu quelques repères essentiels, et nos enfants plus encore. Nous avons ainsi laissé décroître l'importance accordée aux valeurs de la République, lesquelles donnent la plus grande liberté à l'espace privé et de nombreuses limites dans l'espace public. Seul le respect des unes permet de préserver l'autre : nous l'avons trop oublié.

Coup de pied dans la fourmillière

A la faveur de l'activation des services de police et gendarmerie ces dernières heures sur tout le territoire, je forme le voeu comme élu local que les quelques 10 ou 20 endroits d'Agen -connus de tous- qui servent de lieu de rassemblement de tous les trafics et tous les mauvais coups fassent partie du coup de pied dans la fourmillière qui vient d'être lancé par le gouvernement : ça fera du bien à tout le monde, ça aura valeur d'exemple et, j'en fais le pari, ça aura des conséquences très utiles sur ce qui nous occupe.

Sortir du 2 poids-2 mesures

Rien n'est pire que les excès contraires successifs : ne laissons donc pas l'obsession sécuritaire empiéter sur nos libertés individuelles, plus qu'il n'est réellement indispensable à notre sécurité. Ceci dit, nous pensons tous que le contrôle du respect de la loi est depuis longtemps trop inégalement appliqué dans le pays : une sorte de "deux poids - deux mesures" décourageant pour les citoyens globalement respectueux de la loi, et quotidiennement témoins de passages à l'acte non sanctionnés.

Du coup, je suis prêt pour ma part à une période durant laquelle nos forces de sécurité seront autorisées - mieux : incitées - à aller mettre leur nez là où elles ne vont que trop rarement.

Etre courageux

Les appels partisans à des résultats immédiats sont stupides : on peut saluer une action publique immédiate des forces de police et justice, mais nul ne peut imaginer que les résultats, eux, soient immédiats : nous connaitrons de nouvelles attaques sanglantes qui mettront à rude épreuve notre capacité de résistance.

Le sens de l'appel au rasssemblement national est là : il ne s'agit pas de cautionner tel ou tel gouvernement ni d'oublier tous les reproches qui peuvent lui être faits (et ils sont nombreux). Il s'agit de serrer les coudes et les dents car, tout le monde le sent bien, le pire est sans doute devant nous.

Publié dans on en parle partout

Commenter cet article

Collard Romain 19/11/2015 10:34

"Coup de pied dans la fourmillière

A la faveur de l'activation des services de police et gendarmerie ces dernières heures sur tout le territoire, je forme le voeu comme élu local que les quelques 10 ou 20 endroits d'Agen -connus de tous- qui servent de lieu de rassemblement de tous les trafics et tous les mauvais coups fassent partie du coup de pied dans la fourmillière qui vient d'être lancé par le gouvernement : ça fera du bien à tout le monde, ça aura valeur d'exemple et, j'en fais le pari, ça aura des conséquences très utiles sur ce qui nous occupe."

Vous avez totalement raison,il va falloir regarder un peu ce qu'il se passe dans le 47 et notament à Agen et son agglo car ce n'est pas parce qu'il est un "petit" département" que l'on ne peut pas découvrir qu'il abrite de dangereuses personnes à la morale douteuse voir des salafistes qui se planquent sur un territoire rural loin des grandes villes(car tout n'est pas que sur Paris aussi) pour préparer des coups tordus ou propager leurs haines envers la France.