PNUD : pourquoi il faut favoriser l'immigration

Publié le par Bernard LUSSET


Je ne suis pas un lecteur assidu des rapports publiés par les organismes dépendant de l'ONU...

Pourtant, le titre du dernier rapport (voir le rapport) du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a eu de quoi attirer mon attention : "Lever les barrières : mobilité et développement humain".

Que dit ce rapport ?

1. Que l'immigration est d'abord un phénomène intra-national. En clair, le plus grand nombre de migrants bougent à l'intérieur même de leur pays, au bénéfice des centres urbains. Le PNUD estime à 740 millions le nombre de migrants à l'intérieur de leur région, soit 4 fois plus que la migration inter-nationale.

2. Que l'immigration n'a pas augmenté au cours du dernier siècle, malgré les tendances démographiques. Ansi, moins de 1% des Africains ont émigré en Europe. En revanche, le nombre des Etats, lui, s'est multiplié (près de 200 aujourd'hui contre une cinquantaine au début du XXè siècle).

3. Que l'immigration est globalement source de développement humain pour une majorité de ceux qui migrent, malgré l'extrême précarité qu'ils trouvent le plus souvent dans leur pays de destination.

4. Que les nouveaux venus dopent considérablement l'économie des pays d'accueil, où ils se concentrent, le plus souvent, sur les emplois à la plus faible valeur ajoutée.

5. Que des pays occidentaux ont bougé leurs politiques d'accueil : ainsi la Suède vient-elle de légaliser le transfert vers le pays d'origine des prestations sociales. Ainsi le Canada et la Thaïlande qui favorisent l'immigration liée à une activité saisonnière (agriculture, tourisme). Ainsi la Nouvelle-élande qui vient de mettre en place un régime destiné à fluidifier les immigrations saisonnières répétitives. Ainsi l'Espagne qui a régularisé les migrants ayant une activité professionnelle.

En pleine récession économique, au moment où le chômage continue sa croissance, ce rapport a de quoi mettre le feu aux poudres !

Je crois plutôt qu'il nous invite à regarder le monde dans sa globalité et à nous regarder tels que nous sommes vraiment.


Un dernier mot : ce rapport du PNUD établit un Indice de Développement Humain (IDH) qui tient compte de l'espérance de vie, de l'alphabétisation et du PIB par habitant : sur les 182 pays étudiés, 38 ont un IDH très élevé : les pays d'Europe, l'Australie, quelques pays du sud ouest asiatique et les plus riches des pays arabes.

24 Etats ont un indice inférieur à 0,5 synonyme de pauvreté extrême : tous sont des Etats africains.

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article