6 millions de délinquants ?

Publié le par Bernard LUSSET

Il parait que nous sommes 6 millions d’automobilistes à utiliser un dispositif d’assistance à la conduite, incluant une alerte radars. Ca fait du monde…

 

6 millions de délinquants ?!!  A entendre les discours gouvernementaux, c’est ce qu’on cherche parfois à nous faire croire en plaçant chacun de nous devant l’alternative suivante :

  • Ou bien vous voulez authentiquement lutter contre l'insécurité routière, et vous soutenez les mesures annoncées.
  • Ou bien vous contestez la politique mise en œuvre et vous vous rendez complice, de fait, du nombre de victimes sur les routes.

Avec, à la clé, la petite ritournelle bien connue : "un peu de courage politique, Messieurs...". 

 

 Ce raisonnement me semble être un peu court. Tellement court que même les plus zélés défenseurs du Gouvernement haussent le ton (voir la lettre ouverte des députés UMP au Premier Ministre) malgré les annonces ce week-end par le Ministre de l'Intérieur.

 

Je crois que ceux qui s'exaspèrent ont raison :

 

Chacun s’accorde à dire que la vitesse excessive est un fléau dangereux. La politique de contrôle et de répression menée depuis 20 ans a permis de réduire les plus grands excès : comme tout le monde, je vois bien, notamment sur route et sur autoroute, qu’on ne voit quasiment plus de vitesses délirantes. Il faut naturellement maintenir les contrôles mais, sous cette réserve, globalement, ce combat-là est gagné et c’est tant mieux.

 

Le nombre de PV établis ne cesse de diminuer. On devrait s’en réjouir ? Paradoxalement, cette tendance est perçue, Place Bauveau, comme la preuve d’un relâchement, alors qu’elle traduit exactement l’inverse !

 

Du coup, oubliant la volonté initiale, le vrai but recherché (la réduction de la vitesse), le Gouvernement va chercher à augmenter les PV, comme s’ils étaient un indicateur fiable ! Du coup, on supprime les panneaux et les dispositifs de pré-signalisation des radars : il faudrait, au contraire les augmenter !! L'annonce faite ce week-end avec les radars dits "pédagogiques" en est d'ailleurs une parfaite illustration.

 

  

J’ajouterai 2 derniers mots :

  • 40 % des infractions à la vitesse constatées par les radars concernent des véhicules immatriculés à l’étranger et ne donnent lieu à aucune poursuite. Il faut ajouter à ce chiffre les infractions constatées sur les deux roues qui ne donnent lieu à aucune verbalisation, pour cause de manque de plaque d’identification à l’avant…
  • Si la vitesse se réduit sur route et autoroute, nous constatons tous que la vitesse demeure un problème lourd et dangereux en ville : à Agen, c’est tous les jours que je le constate, comme tout le monde, y compris à l’intérieur de la zone 30 : on voit bien là que les radars ne sont pas la seule –et sans doute pas la meilleure- réponse à ce problème.

En conclusion, après des années d’une action de fond, qui porte ses fruits, le Ministère de l’Intérieur est passé d’une logique de sécurité routière à une logique de « chiffres » : je ne peux que regretter cette évolution qui tourne le dos au bon sens et qui suscite une légitime exaspération des automobilistes que je partage pleinement.

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article