A propos d'incantation

Publié le par Bernard LUSSET

 

Je lis la réaction du candidat socialiste à l'annonce de candidature de Jean Dionis : eh ben, on est bien partis !

Rien ne trouve grâce à ses yeux, quitte, au passage, à se contredire.

Petit florilège...

A propos d'incantation

E. Eyssalet :

"Jean Dionis n’a pas piloté Agen pour les Agenais. On s’en rend compte aujourd’hui. Je n’ai vraiment pas vu un mandat pour les Agenais. Peut-être a-t-il réveillé certains Agenais mais il en a hypnotisé une grande part"

> "Verbiage" auraient dit mes bons profs. Sectarisme & langue de bois, serais-je tenté d'ajouter. Mais bon : ceux qui connaissent M. Eyssalet ne seront pas surpris...

"Son cœur de ville n’irrigue aucun organe. C’est morcelé. Si j’étends à l’agglo, c’est identique. Tout a été centré sur Agen-Sud. Pourquoi ne pas avoir implanté Pôle Emploi au Passage-d’Agen ?"

> Alors comme ça, J. Dionis ne fait rien pour le centre-ville et E. Eyssalet propose de mettre Pôle Emploi au Passage ? Le même qui nous reproche de tout "centrer sur Agen Sud" est aussi celui qui nous reproche la zone économique de Ste Colombe ? Pas un petit souci de cohérence ? A force de vouloir absolument ne dire que du mal de son adversaire, on finit par dire des sottises.

"Cette commune (Le Passage) est devenue une ville-dortoir. L’équilibre du territoire, d’une collectivité telle que l’agglomération, c’est un choix politique. Avec d’autres maires, nous travaillons à un projet de gauche pour l’agglomération agenaise"

> Un projet de gauche pour l'agglomération ? On aimerait en savoir plus... M. Eyssalet ignore-t-il que l'agglo est dirigée par le bureau qui regroupe tous les maires, au-delà des clivages partisans ? Si son projet est de ne diriger l'agglo qu'avec les maires de gauche, on est mal partis. Et si M. Eyssalet se préoccupe tant du Passage, pourquoi ne pas y être candidat ? Il parait que le PS a un peu de mal à en trouver un...

"La vraie politique c’est celle du vivre ensemble. Depuis quelques années, on a amplifié toutes les différences. Le meilleur exemple est l’implantation du cinéma place du Pin. Tous regrettent qu’il n’ait pas été implanté à Donnefort"

> Il y aurait donc une majorité d'Agenais pour regretter que le cinéma soit au Pin et pas à Donnefort ? Alors là, il faut vraiment que Monsieur Eyssalet continue à sonner aux portes ! Quant à ce fameux projet de cinéma à Donnefort (qui n'était rien d'autre qu'un pré-projet au fond d'un carton), il aurait suffi qu'Alain Veyret, le mentor de M. Eyssalet, se bouge un peu pour le réaliser. Mais ça, c'était avant... Nous, nous avons choisi de maintenir le cinéma en centre-ville. Est-ce la plus forte marque de notre désintérêt pour les quartiers ? Franchement, c'est tellement court comme raisonnement qu'il vaut mieux oublier.

"Rapatrier le sport en centre-ville, c’est fini. Il doit se trouver en périphérie "

> M. Eyssalet a-t-il une idée d'utilisation du Stadium ? Et puis, je croyais que "le coeur de ville n'irrigue aucun organe". C'est sûr que si on met tout à l'extérieur... A moins que le "projet d'agglo de gauche" ne réponde aussi à ça ?

"Quand, dans un quartier, vous avez 30 % de familles défavorisées, il faut avoir 30 % d’enfants dans les crèches provenant de ces familles. Or, on dit aux mères de les garder chez elles"

> Là, c'est plus de la langue de bois, c'est du mensonge pur et simple. Mais si M. Eyssalet trouve injuste que les mamans qui travaillent soient prises en compte dans les crèches, qu'il le dise... et qu'il apporte à ces mamans une autre solution. Vous avez dit "incantation" ?

"Vous êtes socialiste et pourtant vous critiquez le pouvoir en place ?

Je dis banco pour la sociale démocratie à condition qu’il y ait une contrepartie sociale. Et je n’en vois pas beaucoup".

> Alors là, je ne comprends pas bien. Ca doit être un discours réservé à l'usage exclusif des 42 militants socialistes qui ont désigné M. Eyssalet comme tête de liste.

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article