"Affaire Cahuzac" : juste une remarque

Publié le par Bernard LUSSET

J'ai pris la décision de créer ce blog, en juillet 2009 (lire ma chronique), parce que la diffusion publique des actes de l'instruction du procès contre Julien Dray m'avait scandalisé : j'ai toujours été révolté par l'idée qu'il suffisait qu'une personnalité soit engagée dans la vie publique pour qu'on s'autorise, sans précaution, à jeter son honneur "aux chiens", pour reprendre la belle expression de F. Mitterrand lors des obsèques de Pierre Bérégogoy.

 

Autant dire que, sur "l'affaire Cahuzac", je suis demeuré muet : je me réjouis de voir un magistrat nommé qui devra faire la lumière sur les "révélations" de Mediapart et dire si, oui ou non, Jérôme Cahuzac s'est rendu coupable des tricheries fiscales dont ce media l'accuse. Cahuzac a d'ailleurs fait le choix d'un sytème de défense qui l'honore et qui simplifiera les choses : il prétend n'avoir "jamais détenu de compte bancaire" à l'étranger. L'enquête devrait pouvoir, sans difficulté particulière, dire ce qu'il en est au juste. S'il a menti, il sera condamné au plan judiciaire comme au plan politique. S'il a eu raison, il pourra poursuivre son engagement public.

 

Donc, tout va bien... Presque tout, en réalité.

 

Parce que, si je m'honore d'avoir toujours eu la même ligne de pensée dans ce genre d'affaire que la "victime" soit de droite ou de gauche, force est de constater qu'au PS, on a l'indignation élastique. Souvenez-vous des "affaires Woerth" pour ne citer que celles-là : que n'ont dit, alors, les dignitaires du PS sur la nécessité de voir ce Ministre démissionner dans l'attente de la décision de justice ! Que de procès alors instruits à charge contre lui par ceux-là même qui aujourd'hui se drapent dans leur dignité pour exiger que la présomption d'innocence soit respectée pour Jérôme Cahuzac ! (et, pour une fois, ils ont raison).

 

Sans vouloir me vanter, mon indignation à moi ne dépend pas de la couleur politique de l'accusé : les medias d'investigation font le travail qu'ils croient devoir faire et la justice tranche au fond. Dans "l'affaire Cahuzac" comme dans les autres, j'attends tranquillement cette décision. Il sera toujours temps, après, de tirer les conclusions politiques éventuelles, s'il y a lieu.

 

Et donc, d'ici là pour moi, Cahuzac est présumé n'avoir jamais détenu de compte à l'étranger.

 

 

 

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article