Agen, coeur battant (3) : le stationnement

Publié le par Bernard LUSSET

"Agen, coeur battant"  se propose de toucher à un objet qui tient une place à part dans notre vie : la voiture ! Et rien de ce qui concerne la voiture ne nous est indifférent. C'est même un sujet de conversation à propos duquel les gens les plus équilibrés finissent, souvent, par dire (ou faire) bien des bêtises (dans un sens ou dans l'autre, d'ailleurs...).

 

Que dit le projet "Agen, coeur battant" en matière de stationnement ? Essentiellement deux choses :

 

Il fixe d'abord des publics (et donc des véhicules) prioritaires pour stationner en centre-ville : ce sont les résidents et les clients.

 

Les résidents d'abord : par leur choix de vie, par leurs impôts, ces habitants du centre-ville aspirent à pouvoir trouver près de chez eux et pour pas cher un lieu de stationnement de leur véhicule. Ils constituent le public prioritaire de ce plan de stationnement, et c'est bien naturel pour une ville qui aspire à favoriser le retour des habitants en centre-ville.

 

Les clients, ensuite : Agen est une ville de commerce et de services : nous avons besoin que les clients et usagers de ces commerces et services trouvent des places de stationnement disponibles pour les quelques minutes ou quelques heures que durera leur visite. Sans ça, pas de développement économique à Agen.

 

Or, un grand nombre de places de stationnement sont occupés, à longueur de journée, par des voitures "ventouses", stationnées durant toute une journée et qui "gèlent" pour un usage unique les places de stationnement qu'elles occupent. Voilà pourquoi ce plan de stationnement a pour objectif avoué de déplacer vers la périphérie ces véhicules de stationnement "longue durée".

 

Qu'on ne se méprenne pas : nous n'ignorons rien de ces nombreux salariés, résidents hors d'Agen et qui viennent travailler en coeur de ville : ils contribuent à la richesse de cette ville et l'ambition du plan n'est pas de rendre leur vie quotidienne plus compliquée. Mais au moment de faire des choix de priorités, nous disons que pour cet usage long, les véhicules doivent se reporter vers des parkings à l'extérieur de l'hyper-centre (d'ailleurs moins chers, voire gratuits)

 

Second axe de la politique de stationnement d' "Agen, coeur battant" : à part pour les résidents, le tarif des parkings doit être d'autant moins cher qu'on s'éloigne du centre-ville, et, en centre-ville, d'autant plus cher qu'on y reste longtemps.

 

Là aussi, il s'agit de favoriser la rotation des véhicules, c'est-à-dire permettre au plus grand nombre possible de véhicules d'utiliser dans une journée un même parking.

 

STATIONNEMENT.jpgQu'on me permette ce témoignage personnel : dans la rue où je travaille, rue du Jeu de Paume, entre la période électorale de 2008, les travaux rue Montesquieu puis la période de Noël 2009, ce quartier est resté près de 2 ans sans surveillance du stationnement (peu ou pas de PV).

Résultat ? Il était devenu impossible de trouver une place de stationnement, si on arrivait après 8h45.

Depuis le début de l'année, les ASVP (Agents de Surveillance de la Voie Publique) ont repris leur surveillance dans cette rue (et je peux témoigner, talon de chèques de PV payés à l'appui, qu'ils sont actifs dans cette rue...)

Résultat ? La plupart du temps, mes clients qui viennent en voiture trouvent de nouveau à se garer...

 

De la même manière que nous payons pour acheter le matin notre journal ou notre baguette de pain, nous devons, dans l'hyper-centre, réapprendre à payer le stationnement de notre véhicule. Ca semble idiot ? Pas tant que ça, tant le sport national est d'essayer d'échapper à 20 cts d'€ de parcmètre (au risque de prendre une prune de 11 €... Allez comprendre à quoi nous pensons parfois !)

C'est le prix à payer d'un centre où les voitures retrouvent droit de cité, dès lors qu'elles stationnent pour une courte durée. D'où le plan de stationnement présenté.

 

D'autant que cette nouvelle politique de stationnement s'accompagne d'évènements majeurs : près de 500 places nouvelles de stationnement crées au SERNAM (unique depuis 20 ans à Agen !) et 250 places supplémentaires à venir au Pin, sous le multiplexe.

S'y ajoutent les parkings-relais en périphérie, gratuits, et les navettes de desserte de l'hyper-centre.

S'y ajoutent enfin le plan de circulation qui va permettre aux transports en commun de circuler plus vite que les voitures, rendant ce mode de transport enfin efficace.

 

Oui, je crois que ce volet de notre plan "Agen, coeur battant" est un volet essentiel, qui va nécessiter de notre part à tous des changements.

Là encore, il ne s'agit pas de "changer pour changer", ni de créer des bouleversements inutiles : il s'agit de rendre notre coeur de ville plus agréable à vivre pour tous.

 

Dans une ville où, depuis son avènement, la voiture est reine, ce n'est pas une mince affaire. Mais franchement, il n'y a rien dans "Agen, coeur battant" qui ne soit à notre portée, d'autant que le volet "transports", sur lequel nous reviendrons dans la prochaine chronique, va venir compléter tout ça.

 

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article