Agen, coeur battant (6) : l'habitat

Publié le par Bernard LUSSET

 

Sixième et dernier volet de cette série de chroniques consacrées au projet "Agen, coeur battant", avec le volet "habitat".

 

J'ai eu l'occasion de dire ici, au sujet du stationnement, que les habitants du centre-ville, ceux qui font le choix de résider dans l'yper-centre, constituent une "cible" première de notre plan d'action : nous voulons favoriser le retour en centre-ville des familles, de toutes les familles.

 

Agen Habitat, organisme de logement sociaux de l'agglomération, est évidemment au premier rang des acteurs : on a bien vu, par exemple, que le marché, à lui seul, ne parvenait pas toujours à répondre aux besoins. Songez à l'immeuble du Queen's, Boulevard Carnot, cette verrue honteuse du coeur de ville : ce n'est pas faute que des investisseurs s'y soient intéressés. Mais il aura fallu l'intervention de la puissance publique (Ville et Agen habitat) pour que, finalement, la "dent creuse" se résorbe sous nos yeux. Il était temps !

 

Allez voir le chantier d'ailleurs qui avance bien et ne mettra plus longtemps à transformer ce secteur du centre-ville, face au Bar de la Poste dont nous apprenons par ailleurs l'heureuse nouvelle de la réouverture début septembre.

 

Mais on voit aussi intervenir d'autres acteurs qui, comme nous, "croient" au centre-ville. Quelques belles opérations immobilières ont permis de réhabiliter certains des beaux immeubles du coeur de ville (il y en a beaucoup) pour y faire revenir quelques familles : nous avons l'ambition de renouveler ces opérations.

 

"Agen, coeur battant" a aussi l'ambition (voir le volet "transports" par exemple) d'être en phase avec les préoccupations du moment en matière de développement durable. C'est pourquoi ce plan d'action pour le centre-ville prévoit également le lancement d'une OPAH (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat) ciblée sur la modernisation énergétique des logements de centre-ville : pour consommer moins d'énergie, polluer moins et alléger les charges qui pèsent sur les familles.

 

Et ainsi, favoriser le retour en centre-ville des familles.

 

 

 

logo ACBA l'issue de cette série de chroniques et alors que la concertation bat son plein, je mesure une fois de plus, combien notre projet "Agen, coeur battant" est un moment très fort pour le centre-ville.

 

Certes, un regard superficiel a pu donner à certains le sentiment d'un nouvel "Agen s'imagine".  J'espère avoir contribué à montrer, avec ces 6 chroniques, combien "Agen, coeur battant" sort des pétitions de principe, des grandes opérations de communication, pour être une boite à outils riche, utile et opérationnelle pour le coeur d'Agen.

 

La contre-partie de ce foisonnement se paie sans doute sur la lisibilité : ça fait beaucoup d'informations, beaucoup de projets en un seul programme. Aurait-il fallu pour autant jouer "petit bras" ? Je ne le crois pas, parce que les enjeux sont énormes.

 

D'ailleurs la concertation lancée ces dernières semaines en témoigne : les Agenais viennent nombreux dans les réunions ou sur le site internet s'informer, apporter leurs commentaires, leurs suggestions, leurs critiques.  Le journal actuellement diffusé dans toutes les boites permettra de compléter l'information du plus grand nombre, même si, à entendre les conversations, les Agenais se sont déjà largement appropriés ce projet.

 

La concertation, ne proposera pas de solution alternative globale : chacun de nous a sa propre lecture, son prore usage du centre-ville et il faut qu'au final, le plus grand nombre retrouve l'envie de venir en centre-ville. Mais la concertation en cours permettra de valider ou non certains scénarios, d'améliorer les propositions et de pousser plus loin encore la réflexion. Au final, je suis convaincu que cette réflexion collective aura du sens et aboutira à une transformation positive du centre-ville.

 

Nous nous serons donnés, en tout cas, les moyens d'arriver à cet objectif.

 

Publié dans on en parle à Agen

Commenter cet article