Agen sous la neige

Publié le par Bernard LUSSET

Ca y est : ça râle ! A écouter (et lire) les témoignages, Agen sous la neige connaîtrait une panique incroyable qui, naturellement, mettrait en lumière l'incapacité d'action... de la Mairie ! CQFD, et cela, sans aucune arrière-pensée politique, naturellement... :)

 

Je voudrais rappeler ici trois choses :

 

1. Depuis dimanche matin, les services municipaux sont totalement mobilisés pour saler, dégager, déblayer les rues de notre ville. Ils le font sans relâche avec les moyens dont nous disposons. Ils traitent les chaussées, dégagent un passage sur les trottoirs aux abords des écoles et des bâtiments publics : l'ensemble des services est au travail, y compris les services sociaux mobilisés auprès des personnes fragiles.

 

Mais naturellement, tant que l'intervention municipale n'est pas passée devant chez soi, il nous semble que rien n'est fait. A titre d'exemple, le déneignement du coteau de l'Ermitage a été effectué hier, pour des raisons évidentes, le quartier de Bézis, pour les mêmes raisons, a été traité dès lundi. Nous recevons même des témoignages de satisfaction de certains riverains (si, si, ça existe aussi...!). Mais pendant ce temps, bien des rues de "la plaine" n'ont pas encore été traitées, pouvant donner le sentiment que rien ne se passe.

Idem pour le ramassage des ordures ménagères qui a été interrompu, les véhicules normaux ne pouvant circuler. Et pourtant, là aussi, des dispositions spécifiques ont été prises avec des véhicules plus légers pour tenter d'apporter un service minimum depuis dimanche : progressivement, le retour à la normale s'effectue.

 

Je veux saluer ici le travail de celles et ceux qui, dans ces circonstances très difficiles et physiquement très éprouvantes, assurent bon an mal an le service public au service des usagers : ils méritent mieux que la manifestation de notre mauvaise humeur.

 

2. En temps ordinaire, quand la neige arrive à Agen (comme dans tout le Sud Ouest), elle est portée par le redoux océanique. Et donc, une fois la neige tombée, les températures remontent et la neige fond en 48 heures. Cette année, phénomène plus rare, le redoux océanique porteur de neige ne l'a pas emporté sur les hautes pressions venues de l'Est : 3 jours après la neige, notre département est encore en vigilance "grand froid" ! La température est FROIDdescendue à -10 ° la nuit dernière à Agen ! Il parait qu'on nous annonce -15 ° pour la nuit prochaine.

 

Or, en-dessous de -4°, le sel répandu sur le sol est quasiment inopérant. C'est tellement vrai que, 3 jours après la neige, les transports scolaires sont toujours interdits et les écoles fermées. 

 

3. A lire la presse régionale, je constate que dans toutes les villes du Sud Ouest, les différents services publics en charge du déneigement sont confrontés, évidemment, aux mêmes difficultés. Pour m'être rendu hier hors d'Agen pour raisons professionnelles, je peux porter témoignage que, dès qu'on quitte les grands axes, les routes ne sont pas déneigées, loin s'en faut. Et pourtant, là aussi, les services du Conseil général et ceux des communes traversées sont actifs.

 

Je comprends l'exaspération exprimée : la vie, depuis dimanche, est devenue plus compliquée pour nous tous. Les déplacements en voiture, quand ils ne sont pas impossibles, suscitent l'angoisse des conducteurs les moins expérimentés. Les déplacements piétons dans certaines rues ne sont guère aisés en raison de la glace. Dans tous les domaines de la vie quotidienne, familles et entreprises voient leurs habitudes modifiées, leurs projets bouleversés.

 

Nous sommes face à un phénomène que les ingénieurs météo qualifient eux-même d'exceptionnel et nous ne sommes évidemment pas équipés pour faire face en 48 heures à un tel évènement.

 

Il va nous falloir prendre notre mal en patience et laisser ceux qui nous aident poursuivre leur travail... 

 

 

 

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article