Baumgartner : retour sur les images

Publié le par Bernard LUSSET

Combien étions-nous, hier soir, à assister en direct au saut spectaculaire de Félix Baumgartner ? Des millions ? Des dizaines de millions ? Derrière l'exploit lui-même dont j'ai du mal à mesurer l'importance et la difficulté, j'ai été très impressionné par l'organisation de la couverture "image" de cet évènement.

 

Songez un peu :

 

Un bonhomme un peu fou grimpe dans une capsule suspendue à un ballon. Les caméras sont là, suivant cette drôle d'ascension.

Dans la capsule, on voit notre parachutiste vaquer à ses contrôles, avec l'indication, en temps réel, de la température, de l'altitude, etc : nous sommes littéralement dans la capsule.

Passés 38 000 mètres, l'image accessible sur internet est alors relayée par toutes les chaines télé info du monde entier : sautera ? Sautera pas ?

Arrive ce moment incroyable où la porte s'ouvre, découvrant le ciel noir et la terre, comme si vous ouvriez votre fenêtre le matin en vous levant : nous voilà au bord du gouffre.

Le spationaute s'apprête à sortir ? Changement de caméra et on voit ses pieds dépasser de la capsule et prendre place sur la petite passerelle.

Il est désormais debout, prêt à sauter ? Une autre caméra, dans une plongée incroyable, nous montre les 38 kilomètres de vide. Saisissant...baumgartner.jpg

Puis vient le saut, presque dérisoire devant tant d'immensité : la caméra est là, vite relayée par d'autres images, sans doute prises d'avion ou par téléscope : nous ne raterons aucune des pirouettes du parachutiste pendant sa fulgurante descente, durant laquelle il franchira le mur du du son.

Il ne nous manque que les images de cette descente vues depuis le casque du spationaute : je suis sûr qu'elles existent. Elles arriveront sans doute dans les prochaines heures !

Le parachute s'ouvre : les caméras sont là jusqu'à ce que le sol soit suffisament proche.

Arrive enfin l'atterrissage : la ronde des hélico est là pour nous faire vivre cette arrivée, finalement presque banale.

A peine le pied posé au sol, le parachutiste est entouré... d'un photographe et d'un caméraman : l'image, toujours l'image. Nous n'aurons rien raté.

 

Manifestement, cet exploit est une grande réussite technique puisqu'aucun incident n'aura perturbé cette grande première. Mais la couverture "image" de l'évènement aura , elle aussi, été à la hauteur, nous faisant plonger, nous aussi, dans l'incroyable saut. Je ne peux m'empêcher de penser à ces images du premier pas de l'homme sur la lune : à sa manière, Félix Baumgartner pourrait dire, comme le fit Neil Amstrong il y a 43 ans : un petit pas pour l'homme, un grand "saut" pour l'humanité !

 

 

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article