C'est ça, le "changement" ?

Publié le par Bernard LUSSET

"Moi, Président de la République, je ne mêlerai pas ma vie privée à la gestion des affaires publiques".

 

Pour un début en fanfare, c'est un début en fanfare ! La nouvelle compagne de Françoise Hollande, qui entretient une jalousie féroce à l'égard de Ségolène Royal, ne pouvait ignorer, elle l'ex-journaliste, les répercussions du soutien qu'elle a apporté au dissident du PS à La Rochelle. D'autant qu'au moment même, à la demande expresse du chef de l'Etat, tout un bataillon d'éléphants du PS vient dire aux Charentais tout le bien qu'ils pensent de Ségolène Royal. Comme le dit joliment la blogosphère : "aujourd'hui, la dépouille de François Mitterrand sera exposée à la Rochelle pour soutenir Ségolène Royal" !!

 

On pourrait sourire de ce déploiement de force pour "sauver le soldat Royal", s'il s'agissait d'un différend politique entre deux candidats... Ce qui rend scandaleuse cette histoire, c'est que le politique n'a rien à voir là-dedans : c'est une querelle extra-conjugale entre ex-épouse et nouvelle compagne du Président de la République lequel, au plus fort de son courage, est d'un silence... assourdissant.

Lisez les médias étrangers pour avoir une petite idée de l'image donnée de notre pays...

 

C'est ça, le "changement" ?

 

C'est le "changement" d'imposer son ex-épouse aux électeurs de La Rochelle ?

C'est le "changement" de commencer son mandat par fragiliser l'alliance politique entre la France et l'Allemagne, au moment-même où les signaux de crise majeure se ré-allument dans la zone euro ?

C'est le "changement" de laisser sa Ministre prôner la dépénalisation du cannabis ?

C'est le "changement" de concocter à la va-vite un texte contre le harcèlement des femmes qui est tellement mal fichu qu'avant même d'être approuvé en Conseil des Ministres, associations et juristes en dénoncent l'impréparation ?

C'est le "changement" de placer ses amis à la tête des principales administrations de l'Etat ?

Moi aussi, je peux faire des anaphores !

 

La vérité, c'est que ce mandat démarre mal et qu'il est bien loin des promesses de campagne d'il y a quelques semaines à peine. C'est une raison suffisante pour que, dimanche, les électeurs adressent à François Hollande un signal fort à l'aube de ce mandat. Profitez-en bien : vous n'aurez pas d'autre occasion de vous exprimer dans les 5 prochaines années.

 

A Agen, ce signal sera de dire que, pour nous représenter, pour parler en notre nom, pour défendre nos projets, notre identité, notre art de vivre, nous voulons davantage qu'une première secrétaire fédérale, sans doute disciplinée au sein du parti, mais dont la discrétion dans l'exercice de ses différents mandats ne nous inspire pas confiance.

 

Dimanche, soyons des citoyens lucides, actifs et engagés... de peur de le regretter après.

Votons Jean Dionis.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article