Cahuzac : la digne fin d'une histoire indigne

Publié le par Bernard LUSSET

 

Depuis le début de l'affaire Cahuzac, j'ai refusé de hurler avec les loups, préférant, là comme dans d'autres affaires, laisser jusqu'au bout le bénéfice du doute à celui qui était accusé. Jusqu'à la fin, j'ai voulu croire, sinon à une erreur judiciaire, du moins à un malentendu. Et à la réflexion, je ne le regrette pas : croire à l'innocence est la seule ligne digne.

 

Digne, Jérôme Cahuzac l'aura donc été in finein extremis, après avoir été indigne avant : en prenant l'initiative de rencontrer les magistrats pour leur avouer ce qu'ils auraient sans doute découvert bientôt, l'ancien Ministre a, un peu, rattrapé ses mensonges répétés ces derniers mois. Il se dit "dévasté par le remord" et je veux le croire : la faute commise sciemment est tellement lourde...

 

Cet aveu très tardif est à l'image du bonhomme : entier, sans fioriture ni précaution. Comme un boxeur qui affronte les coups, Jérome Cahuzac doit désormais affronter cette affaire avec dignité. Enfin.

 

 

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article