COPENHAGUE à Agen ?

Publié le par Bernard LUSSET


Il y a quelques jours, je me suis rendu à une conférence organisée au Stadium municipal par... ATTAC !
Je m'y suis rendu parce que cette rencontre était, en réalité, montée par un comité local, intitulé COPENHAGUE 47, qui souhaitait s'ouvrir à toutes les sensibilités politiques. Via des amis du Modem 47, j'ai été sollicité pour participer à ce groupe, en tant que Président exécutif du Nouveau Centre 47.
D'où ma présence au Stadium pour y écouter Geneviève Azam, prof d'économie toulousaine (passionnante et courageuse) et membre du Conseil d'administration nationale d'ATTAC.
D'où ma présence, depuis, dans ce groupe où je cohabite avec des écolo historiques et sincères, des anti-nucléaires dont certains de la première heure, des militants anti-OGM, etc...
Autant dire des citoyens qui votent sans doute très différement de moi dans les élections.

Et pourtant, dès que nous acceptons de reconnaître nos différences d'approche, nous avons en commun une même volonté, celle d'espérer que COPENHAGUE 2009 soit autre chose qu'un rendez-vous manqué : je reviendrai d'ici là aux enjeux locaux et mondiaux de ce sommet.

Mais aujourd'hui, ce qui attire mon attention, ce sont les nouvelles conclusions d'un groupe de climatologues qui ont voulu actualiser les données connues, telles qu'elles nous ont été transmises par le GIEC (groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat) de 2007.

Les conclusions de ces scientifiques sont édifiantes :

* en 20 ans (1990 - 2008), les émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par les combustibles fossiles ont augmenté de 40 %. Même si cette tendance s'interrompait net aujourd'hui, il y aurait une chance sur 4 que le réchauffement climatique soit tout de même de 2° à l'horizon de la fin de ce siècle.
* pendant la même période, la fonte des glaces aux pôles et dans les glaciers s'est accélérée. Sur les deux seules dernières années 2007-2009, la fonte de la mer artique a été 40 % supérieure aux prévisions du GIEC.
* l'élévation du niveau de la mer est elle supérieure de 80 % aux prévisions du GIEC. Une fois les températures mondiales stabilisées (si nous y parvenons...) le niveau de la mer continuera de s'élever pendant des siècles !
* il faut agir très vite : si on accepte l'idée qu'il faut contenir le réchauffement climatique à + 2° par rapport à l'ère préindustrielle pour éviter le pire, alors cela signifierait que le sommet des émissions de GES doit être atteint en... 2015 puis décroître rapidement. Nous en sommes loin !

Sommes-nous certains que l'activité humaine soit, seule, responsable de ce réchauffement ? Non. Des voix scientifiques très sérieuses remettent en cause cette approche et je les écoute, elles aussi, avec attention.

A la vérité, personne n'est sûr de rien, sauf de l'élévation accélérée de la température du climat mondial et des bouleversements écologiques qu'elle entraîne déjà. Attendre des certitudes scientifiques risquerait de nous faire franchir des points de basculement irreversibles que les générations suivantes regretteraient amèrement.

Voilà pourquoi cette affaire est si importante à mes yeux et pourquoi elle justifie que des hommes et des femmes que tout sépare politiquement par ailleurs, regardent ensemble dans la même direction.

Volilà pourquoi ce qui est en jeu est sans doute le défi le plus essentiel que nous ayons à relever.

Voilà aussi pourquoi j'y reviendrai très vite dans ce blog.

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article