Débat : les convaincus ancrés dans leurs certitudes

Publié le par Bernard LUSSET

Pour suivre ce que j'écrivais ici même hier, il n'y a pas eu de "faute" hier soir, pas de KO, pas d'adversaire "explosé" : ce débat entre Nicolas Sarkozy et François Hollande aura été d'une grande intensité sans faux-pas, entre deux hommes qui viennent de passer plusieurs mois de campagne intense. 

 

"Match nul" en quelque sorte ? Pas tout à fait.

 

D'abord parce que ce débat aura permis de conforter les certitudes des convaincus. Ce n'est pas un mince résultat dans un second tour. J'ai lu les déclarations enflammées des partisans de François Hollande : celui-ci a sans doute, à leurs yeux, gagné son pari de "présidentialité", comme on dit. En-doutaient-ils à ce point ? Oui, bien sûr ! Et leurs cris de victoire ce matin ne sont guère rassurants pour la suite, tant ce débat n'est qu'un aimable apéritif à côté de ce qui attend le prochain Président de la République.

debat2mai2012.jpg

J'ai dit ici les préventions que le Président Sarkozy a fait naître chez moi durant son mandat. Je pourrais ajouter que comme beaucoup de centristes, je n'ai guère goûté cette campagne de second tour. Le débat d'hier, pourtant, m'a conforté dans mon choix du 22 avril, qui sera aussi celui du 6 mai : entre les rondeurs réthoriques de François Hollande, qui ont du mal à masquer le flou de ses propositions (Qui va payer toutes ces promesses ?) et les convictions fortes d'un Nicolas Sarkozy pleinement dans la fonction, franchement, hier soir, le choix me semblait clair pour dimanche prochain.

 

Nicolas Sarkozy est-il parvenu à se sortir du piège du bilan ? Pas autant que je l'aurais souhaité, sur un sujet qui aurait mérité, à mes yeux, qu'une explication claire et franche ait lieu en début d'émission, pour pouvoir se consacrer, ensuite, aux vraies questions : celles du prochain mandat. François Hollande, non sans habileté, aura cantonné le Président sortant dans une posture pour l'essentiel, défensive, "dans les cordes" comme on dit en boxe.

 

Ce "match nul" plutôt à l'avantage (au point) de François Hollande tranche-t-il le débat du meilleur Président pour 5 ans ? Pas le moins du monde... Que les indécis, les hésitants, les incrédules réfléchissent bien d'ici dimanche : ce sont eux qui ont, entre leurs mains, le choix décisif du prochain Président de la République.

 

Publié dans on en parle partout

Commenter cet article