Emplois en Agenais : mobilisation générale ou pas ?

Publié le par Bernard LUSSET

 

Le Journal "Sud Ouest" reprend aujourd'hui un propos tenu par notre députée selon lequel le projet de Zone d'Activité Economique (ZAE) de Ste Colombe ne serait rien d'autre qu'une "aberration économique". Après avoir salué l'extrême modération du propos (...) je souhaite faire ici quatre remarques :

 

1. Emplois contre terres agricoles ?

 

Il y a environ 300 000 hectares de terres agricoles cultivées en Lot-et-Garonne. La ZAE de Ste Colombe mobilisera à terme 214 hectares, en y incluant la LGV, si le gouvernement socialiste décide de la faire. Cette surface représentera 0,07 % des terres agricoles du 47, pour 3000 à 5000 emplois, selon le type d'activités accueillies. Ces emplois futurs méritent-ils ou non la mobilisation de ces terres agricoles ? Manifestement, la députée répond non. Et moi je réponds oui.

 

Lorsque Jean François-Poncet a initié l'Agropôle -au milieu de rien- il s'est heurté au même scepticisme, aux mêmes conservatismes que celui de Mme Lousteau aujourd'hui. Mais, 30 ans plus tard, le seul reproche qui peut être fait à JFP est d'avoir été trop... modeste, puisque l'Agropôle est aujourd'hui saturée !

 

Quant aux terres agricoles, je pourrais sans mal dresser ici la liste des élus locaux, y compris socialistes, qui manifestent moins de compassion à l'égard de l'imperméabilisation des sols ! Et ils ont d'ailleurs raison : ce n'est pas parce qu'on a laissé pendant des décennies les villes s'étendre sans contrôle qu'il faudrait stupidement basculer dans l'extrême inverse aujourd'hui. Il est d'ailleurs amusant de constater que Mme Lousteau vante dans son petit journal, et à juste titre, les mérites de l'entreprise FONROCHE qu'elle a visitée. Mais peut-on rappeler à la députée que cette entreprise s'est implantée et agrandie... sur des terres agricoles ?

 

 

2. Créations d'emplois en Agenais : quel est le projet de la députée ?

 

Au moment où le chômage frappe durement les plus fragiles, à Agen plus qu'ailleurs, on n'ose pas imaginer que la députée puisse dire une telle énormité sans avoir, elle-même, des idées alternatives précises... Comment la députée voit-elle l'avenir industriel d'Agen ? Où souhaite-t-elle accueillir de nouvelles entreprises ? Où se trouve, selon elle, le foncier disponible ? Quel projets économiques la députée souhaite-t-elle soutenir ? Ca, ce sont des questions qui relèvent clairement du travail local du parlementaire. On attend les réponses. 

 

Quant à ce que fait la députée à Paris en matière économique, nul besoin de lire son petit journal : chacun connait le bilan de cette majorité depuis un an. Consommation et investissement s'effondrent, la confiance est en berne, le chômage s'envole, nos exportations plongent. Même les recettes fiscales se cassent la figure, malgré les hausses de taxes en tous genres votées depuis un an par Madame Lousteau. Notre députée est donc fort mal placée pour donner des leçons en matière économique et d'emplois.

 

3. La ZAE de Ste Colombe : pas le fruit du hasard

 

Ce qu'ignore manifestement la députée, c'est que la ZAE de Ste Colombe n'est pas née comme ça, sur un coup de tête de quiconque. En 2008, le Pays de l'Agenais, alors présidé par Jacques Clouché, a mené une longue étude économique dont les conclusions ont d'ailleurs été reprises ensuite dans le Schéma Economique départemental. Cette étude, approuvée à l'unanimité, droite et gauche confondues, pointait déjà du doigt les deux priorités absolues en matière économique : d'abord l'agrandissement de l'Agropôle sur les ex-terrains militaires (opération désormais en cours), et ensuite la réalisation d'un "site économique d'excellence" de 180 à 200 ha à Sainte Colombe qui est le seul lieu de l'Agenais qui réponde aux besoins : hors d'eau et plat, permettant un bon raccordement aux réseaux autoroutiers, ferroviaires, internet, bien situé vis-à-vis de l'Albret et du Villeneuvois, etc...

 

Cette étude expliquait aussi, dans le détail, qu'il y avait urgence à lancer une telle ZAE : Brive, Tarbes, Montauban, l'agglomération basque, le sud des Landes, Périgueux, Albi, le grand Pau, bref toutes les agglomérations du sud ouest (dont certaines sont dirigées par des équipes socialistes) ont déjà lancé des programmes fonciers économiques de grande envergure. Ne pas faire Ste Colombe, ce serait abandonner tout espoir économique pour notre bassin de vie agenais.

 

4. Même sur l'emploi, pas d'esprit d'équipe possible ? 

 

Tout le monde sait que les temps qui arrivent seront rudes. Et les citoyens réclament de leurs élus qu'ils soient capables, sur certaines priorités majeures, de surmonter leurs bisbilles, leurs querelles d'ego ou de chapelles, pour jouer collectif, parce que l'intérêt du territoire le commande. C'est justement sur ça que les élus seront jugés, et c'est légitime.

 

Il est temps que la députée le comprenne.

 

 

Publié dans on en parle à Agen

Commenter cet article