Jean Dionis : "We will never walk alone"

Publié le par Bernard LUSSET

Samedi matin, Jean Dionis a réuni une ultime fois son équipe de campagne. Il a évoqué devant nous la "probable" défaite d'hier, telle que les chiffres du premier tour la laissaient deviner. Après les remerciements à l'équipe pour l'aide apportée dans cette campagne, ses premiers mots ont été pour nous mettre en garde face à la défaite : "Pas d'amertume : le suffrage universel nous a donné beaucoup de joies, il nous en donnera encore".

 

C'est le même qui, hier soir après la proclamation des résultats, la voix nouée par l'émotion, annonçait les combats futurs à ses soutiens présents et appelait à la solidarité des supporters de Liverpool : "we will never walk alone" !

 

C'est avec tous ces mots en tête que j'écris cette chronique, pour qu'elle n'ait pas le goût amer des lendemains de défaite.

 

Salut à la nouvelle élue

 

Commençons par le commencement en saluant l'élection de Lucette Lousteau à qui je souhaite, sincèrement, de trouver dans ce mandat autant de bonheurs et d'engagement que son prédécesseur. Elle a fait une campagne habile, utilisant à plein les outils de communication préparés par le PS national, disant le moins de choses possible, se mettant au maximum "dans la roue" de F. Hollande : c'était -tactiquement- un bon choix comme l'a prouvé le résultat. Elle est notre nouveau député.

 

La soirée d'hier m'a fait penser à cette législative perdue par Paul Chollet en 1997, alors qu'il avait obtenu auparavant, entre autres, l'implantation à Agen de l'ENAP et que son bilan était remarquable. J'étais son assistant parlementaire et j'avais vécu alors l'élection d'Alain Veyret comme une profonde injustice. Bis repetita. Mais n'ayons pas la mémoire courte et souvenons-nous de la suite de l'histoire : Veyret élu en 1997, il sera battu le coup d'après, en 2002, par un certain... Jean Dionis. Le soleil finit toujours pas se relever.

 

Résistance 

 

Je crois qu'il ne reste en Aquitaine que 2 députés qui ne soient pas de gauche : Jean Lassalle (Vallée d'Aspe) et Yves Foulon (Arcachon). Partout ailleurs, c'est un océan rose...! Ce raz de marée est trop massif pour qu'il n'appelle pas, demain, de sérieux rééquilibrages dont nous reparlerons. Mais aujourd'hui, ce résultat m'interpelle...

 

En Lot-et-Garonne, nous ne sommes pas mieux lotis : c'est carton plein pour la gauche. Les 3 députés viennent s'ajouter au président du département, aux maires des principales villes Marmande, Villeneuve, Nérac. Il n'y a plus guère qu'Agen pour être une petite tâche bleue dans cet océan. "Résistance" est le mot qui me vient à l'esprit... J'espère qu'il réveillera aussi les 34 601 électeurs qui se sont abstenus hier et qui, par ce geste, ont contribué au résultat final : à eux seuls, ils sont plus nombreux que les électeurs de la nouvelle députée, élue avec seulement 2000 petites voix d'avance sur Jean Dionis (sur 85 000 inscrits).

 

A propos du calendrier électoral

 

Depuis le quinquennat et l'inversion du calendrier présidentielle/législatives, l'élection des députés n'est plus qu'un 3ème tour de la présidentielle, renforçant le caractère national de ce scrutin : malheur au camp du perdant. Au fond, je pense que nous devrions aller au bout de cette logique et coupler les présidentielles et les législatives : le pays ne s'en porterait pas plus mal, les électeurs n'y trouveraient que des avantages à être ainsi moins sollicités et le résultat ne s'en trouverait pas substanciellement modifié.

 

Alternance

 

Les Français n'ont pas eu peur de concentrer tous les pouvoirs entre les mains du PS : j'étais d'un point de vue exactement contraire mais ce sont les électeurs qui ont raison. Ceci dit, s'ouvre aujourd'hui une période nouvelle dans laquelle les nouveaux gouvernants auront du mal à s'échapper : ils contrôlent tout !

 

Une telle situation appellera, forcément, une alternance dans les années à venir : passés les bleus à l'âme, nous avons devant nous un chantier passionnant pendant lequel nous allons pouvoir confronter nos convictions et nos valeurs avec tous les citoyens qui le voudront. A nous de savoir les intéresser à ce beau travail collectif qui s'annonce partout, à commencer par Agen-Nérac.

 

Anaphore

 JDS-2T.jpg

Pour ces 10 ans d'action publique exemplaire,

pour avoir fait bouger les lignes à Paris,

pour avoir porté avec honnêteté, intelligence et tolérance nos valeurs et nos projets,

pour nous avoir entrainés à donner le meilleur de nous-mêmes,

pour avoir consacré chacune de tes journées pendant ces 10 ans au territoire que tu as représenté,

pour être resté toi-même, sans jamais prendre la "grosse tête",

pour t'être mis au service de tous, sans exclusive,

pour avoir préféré faire le travail, même électoralement pénalisant, plutôt que de brasser de l'air ou caresser l'électeur dans le sens du poil,

pour avoir été, en un mot, un député dont nous sommes fiers,

 

Merci Jean !

 

 

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article