L'agglo d'Agen est (vraiment) née jeudi

Publié le par Bernard LUSSET

Nous avons célébré en janvier la naissance officielle de l'Agglomération d'Agen à 29, la réunion des deux rives de la Garonne et la mise en place d'un programme enfin commun. Beaucoup d'observateurs ont alors salué cet acte fondateur qui, au fond (mais c'est toujours comme ça) ne faisait que confirmer dans notre loi locale ce que les habitants ont construit depuis longtemps : il y a belle lurette que la citoyenneté agenaise s'étend de Laplume à Sauvagnas, d'Astaffort à Lafox, de Colayrac à Moirax. Depuis janvier, cette réalité de terrain est inscrite dans notre organisation administrative.

 

Ce qui s'est passé jeudi, pourtant, est à mes yeux le véritable acte de naissance de la nouvelle Agglo : à l'unanimité de ses membres, seulement entamée par 3 ou 4 abstentions strictement politiques, le Conseil d'Agglo a adopté un schéma d'infrastructures qui, à lui seul, justifie cette nouvelle Agglo et qui va désormais constituer notre feuille de route pour les 15 à 20 ans qui viennent. Rien moins.

 

Le Pont de Camelat

 

Voilà bientôt 30 ans qu'on parle de ce pont à l'Ouest d'Agen, au débouché de la voie sur berge et de la déviation de Villeneuve... Il est désormais acté que ce pont sera la prochaine infrastructure d'ampleur de l'Agglo. Avec lui, c'est non seulement le franchissement de la Garonne qui sera facilité, mais ce sera aussi pour tout le territoire une belle aubaine : moins de circulation de transit en coeur d'Agglo, désenclavement renforcé du Villeneuvois et accès facilité de tout le nord de l'agglo vers l'autoroute. Ce pont, une fois construit, sera connecté à un réseau de routes qui, pour faire simple, desserviront à la fois le futur échangeur, la zone de Walabi et l'Agropôle.

 

L'échangeur autoroutier Agen Ouest

  

Tous ceux qui utilisent l'autoroute le savent : l'unique échangeur d'Agen est saturé, comme sont saturées les voies routières qui le desservent. En obtenant l'inscription de ce second échangeur au contrat de plan Etat-Vinci, l'Agglo a gravé dans le marbre non seulement la création de cet échangeur mais aussi son implantation, à proximité des autres équipements prévus dans ce secteur : ZAE de Ste Colombe, gare LGV et pont de Camelat. Cet échangeur permettra en outre de rapprocher l'Albret de l'autoroute puisqu'une bretelle de raccordement sera réalisée autour de Roquefort, jusqu'à la RD 656.

 

La ZAE de Ste Colombe

 

Là aussi, le temps faisant son office, plus personne ne conteste désormais sérieusement le fait que cette première terrasse non inondable, désormais raccordable à l'autoroute, constituera le meilleur site d'implantation possible d'une zone d'accueil des entreprises. Cette zone permettra d'abord de prolonger la formidable réussite de l'Agropôle ; elle sera aussi l'outil des générations nouvelles pour développer les emplois industriels à Agen. Réalisée par phases, cette zone comprendra une première tranche d'une trentaine d'hectares de zone d'activités économiques pour se développer, in fine, sur près de 200 hectares, au fur et à mesure des besoins.

 

La gare LGV

 

On saura vite, désormais, si la ligne LGV Bordeaux-Toulouse se réalisera, même si les récentes déclarations du Président de la République ne laissent guère de place au suspens. Après d'âpres négociations, il a été acté que la gare LGV serait réalisée rive gauche, à condition que cette gare soit reliée à la gare actuelle d'Agen par liaison TER. Le Pont routier de Camelat sera donc doublé d'un pont ferroviaire pour permettre la réalisation de cette ligne entre les deux gares. L'atout d'une telle gare sera notamment de permettre qu'un plus grand nombre de TGV s'arrêtent à Agen. Il faut noter que l'ensemble Camelat-échangeur-ZAE de Ste Colombe est un projet en soi, indépendant de la LGV.

 

***

 

Tous ces équipements seront-ils réalisés demain matin ? Non ! Ils s'étaleront sur une période longue, sur une ou deux décennies, en fonction des plans de financement et des différents donneurs d'ordre de ces chantiers : RFF, Agglo, Vinci, etc... Mais désormais, il y a une feuille de route partagée, et portée par une Agglo qui affiche ses ambitions pour mieux rassembler les énergies autour de notre dynamique.

 

En près 30 ans de vie publique à Agen, c'est la première fois que je vois un tel plan d'ensemble partagé se construire : c'est un véritable évènement qui s'est déroulé jeudi sous la présidence de Jean Dionis.

 

Un évènement largement passé inaperçu, certes et c'est injuste. Mais un évènement considérable tout de même.

 

 

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article