Le centre, l'alternative

Publié le par Bernard LUSSET

 

L'Alternative est née au centre. Ce n'est pas un nouveau parti, mais une coalition de deux partis, une "coopérative" unissant l'UDI et le Modem. Une coalition clairement identifiée dans l'opposition et, en même temps, porteuse des valeurs ouvertes du centre, sans exclusive ni oeillères. Ce rassemblement interpelle et donc intéresse : si j'en crois les gazettes, cette initiative est regardée de près dans les états-majors qui ont bien compris que ce rassemblement n'était pas anodin et constituait une véritable Alternative. Et je crois qu'ils ont raison.

  borloo-bayrou.jpg

Qui dit rassemblement, retour, réunion, dit qu'il y a eu, au départ, séparation, scission, division. Et en effet, en 2007, porté par son beau résultat au 1er tour de la présidentielle, Bayrou a cru qu'il était possible de créer un centre qui rassemblerait autour de lui les bonnes volontés, venues de droite et de gauche : c'est l'idée fondatrice du Modem et, par réaction, du Nouveau Centre d'Hervé Morin auquel j'ai personnellement adhéré.

 

Pour séduisante intellectuellement qu'ait pu apparaître à certains cette idée du rassemblement national, elle s'est fracassée très vite sur les réalités électorales : en France, notre culture politique et notre système électoral sont ceux d'une confrontation entre deux courants de pensée, droite et gauche, qui lamine tous ceux qui ne s'y positionnent pas. Sans doute est-ce un peu réducteur, mais ces réalités-là s'imposent encore aujourd'hui.

 

Mais il faut bien comprendre qu'à l'exception de ces stratégies d'alliance et de positionnement, rien ne séparait les valeurs de l'UDI de celles du Modem. Une fois Bayrou ré-arrimé à l'opposition, il n'y avait plus de raison de maintenir la disparition artificielle de l'UDF en 2007. Jean-Louis Borloo a eu raison de se souvenir que la politique n'est rien d'autre que l'art de faire vivre ensemble des gens différents, et qu'il faut commencer par sa propre famille. Bravo à lui d'avoir su dépasser les querelles immédiates et regarder loin devant. Pardonner toujours, oublier jamais...

 

En présentant aujourd'hui leur charte commune, Jean-Louis Borloo et François Bayrou n'ont rien voulu cacher ni de leurs divergences passées, ni de leurs différences. Mais ils ont voulu affirmer une volonté : celle de faire avancer ensemble dans la même direction UDI et Modem, et pour cela, d'affirmer un discours centriste audacieux, novateur, concrêt et ouvert. En commençant par l'Europe.

 

Cette volonté commune, de leur propre aveu, se justifie par l'ambiance délétère qui frappe notre pays et la plupart de ses habitants. Redonner de l'ambition, de la compréhension et de la fraternité quand tout pousse au renoncement, au défaitisme et aux procès d'intention : "Le centre, l'Alternative" a une belle feuille de route devant lui et nous sommes nombreux, aujourd'hui, à nous réjouir de cette ambiance de rassemblement, qui tranche radicalement avec ce qu'on peut constater dans la plupart des autres formations politiques.

 

 

   

 

Publié dans on en parle partout

Commenter cet article