Pauvres de nous...

Publié le par Bernard LUSSET

 

J'ai déjà dit ici pourquoi je trouve légitime l'extension aux couples homosexuels des droits au mariage et à l'adoption. Je me réjouis donc de l'adoption hier de cette loi qui, quoi qu'aient pu en dire certains, ne fragilisera en rien notre société. D'ailleurs, vous verrez : ce texte ne sera remis en cause par personne à l'avenir, pas même par ceux qui déclarent le contraire aujourd'hui avec force.

 

Je me réjouis aussi qu'on sorte enfin d'un show médiatique très parisien dans lequel beaucoup ont veillé avec une grande application à cliver le pays sur ce thème du mariage pour tous : ceux qui ont participé à cette exacerbation des tensions, "pro" et "anti" confondus, portent à mes yeux une lourde et commune responsabilité dans l'apparition de comportements, de mots ou de réactions excessifs et dangereux. Il est grand temps que tout ça se termine.

 

Je signale, au passage, l'extrême modération dont Jean-Louis Borloo, lui, a fait preuve. Mais on ne l'a guère entendu sur les plateaux de télévision qui ont préféré organiser devant les caméras des débats-matches-de-catch sans intérêt entre Frigide Barjot et la LGBT...!

 

On pouvait espérer que François Hollande, à défaut d'être un grand chef d'etat visionnaire, soit habile sur les questions sociétales : le chaotique parcours de cette loi montre que, même dans ces sujets, le pédalo présidentiel patine. Le mariage à peine réformé, voilà que les revendications sur la PMA et la GPA (auxquelles je m'oppose) ressurgissent avec d'autant plus de vigueur que le chef de l'Etat a annoncé, au plus fort de son courage, qu'il s'en remettrait... à l'avis du conseil national d'éthique !

 

Le bal des couillons va donc continuer : pauvres de nous...

 

 

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article