Regroupement familial : parler du fond !

Publié le par Bernard LUSSET

 

Sortir du déni (1)

 

En 2012, les statistiques ont recensé 191 452 titres de séjour accordés (l'équivalent d'une ville comme Reims...), dont 45 % au titre du regroupement familial. En ces temps de crise, est-il raisonnable d'accueillir encore une telle quantité de migrants ? La réponse est non et les grandes démocraties ont compris ça depuis longtemps. Pas nous, qui refusons même d'établir des statistiques démographiques sur nos origines, ce qui revient à supprimer le thermomètre pour faire baisser la température...

 

Sur le regroupement familial, visant les avis du Maire pour les demandes agenaises, il m'est arrivé de signer, malgré moi je l'avoue, des demandes "conformes aux textes" (voir les conditions du regroupement familial) mais dont je voyais qu'elles auraient pour conséquence, à défaut d'en être la cause principale, de donner lieu ensuite au versement d'importantes allocations sociales. Refuser d'évoquer cette réalité, au nom de je-ne-sais quel procès d'intention, est absurde. Donc, d'abord, sortir du déni.

 

Sortir du déni (2)

 

Mon attachement à l'Afrique me montre que dans les faubourgs de Dakar, Yaoundé, Mombasa ou Alger, on sait que si l'accès à l'Europe est difficile, la gratuité ou quasi-gratuité de nos systèmes de santé, de justice, d'école, de logement, de transports, sont pour les candidats au départ un signal irrépressible au regard de l'extrême dénuement qui les frappe chez eux.

 

Au point que, même dans des trains d'atterrissage d'avions de ligne, des containers sur des cargos, les barques improbables des passeurs mafieux ou dans des franchissements clandestins des frontières, ils sont chaque année des dizaines, peut-être des centaines de milliers de candidats à l'immigration en Europe, prêts à risquer leur vie pour rejoindre notre monde. Hors statistiques. Oui, l'immigration est évidemment un sujet que la France et les pays européens doivent prendre en mains et cesser de nier : la gauche est ridicule dans son déni qu'elle a réussi à imposer en pensée dominante (*).

 

Entre générosité et raison

 

Parlant avec des migrants, je sais la diversité de ces parcours humains souvent poignants. Je pense aussi au Pape François, à Lampedusa, s'interrogeant devant le terrible spectacle de ces immigrés survivants ou morts : "Où sont nos larmes ?" Entre générosité et raison : si j'avais la réponse...

 

Instinctivement, je pressens que nous devrions faire 3 choses :

- inviter les étrangers présents chez nous à rejoindre pleinement notre communauté nationale. Intégration ou assimilation : je n'ai cure des débats sémantiques. L'essentiel est que les nouveaux arrivants nous rejoignent, et pas seulement dans l'espace, sans quoi cette question empoisonnera de plus en plus notre débat public.

- assumer une politique d'immigration claire (combien ? quels pays ? quels profils ?), révisée annuellement et qui tienne compte à la fois de nos capacités d'accueil, de nos besoins et de la situation internationale.

- soutenir comme nous le faisons, et même un peu plus, le développement en Afrique, en attendant que la croissance qui s'y manifeste, et qui fait progresser le pouvoir d'achat et l'emploi, y réduise l'attrait de l'Europe.

 

Réponse trop "centriste", trop "molle", à côté des slogans des démagos des deux fronts ? Entre le FN "Tous dehors !" et le FdG "Y'a pas de problème !", ma réponse est peut-être centriste. Mais si on commençait par ça, plutôt que les coups de menton médiatiques de Valls dans sa gué-guerre face à Taubira ?

 

 

 

(*) Cécile Dufot, ministre écolo déclare dans Libération ce 21/8 au sujet du regroupement familial : "La question ne se pose même pas : le droit de vivre en famille ne souffre pas d'exception".

J'ai dit "déni" : je suis encore loin de la réalité...

 

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

howtowindows.com 19/12/2013 09:18

As per the 2012 statistics, the Reims city had granted more than 191,452 resident permits last year and it is the highest among any cities in the world. In these times of financial crisis, this can be considered as a great gesture from them.

Edouard DELORME 21/08/2013 15:06

Fermeté et humanité ne sont pas incompatibles. Mais la France a perdu beaucoup de temps, à cause des mouvements gauchistes de tous poils qui ont utilisé le FN comme justification à une véritable
police de la pensée. Non cette position n'est pas centriste, d'autre, à droite l'ont préconisé depuis longtemps, prônant par l'exemple en appliquant de façon remarquable le co-développement. Vous
aurez reconnu la Vendée et l'impulsion décisive de Philippe de VILLIERS. Non, ni extrémiste ni laxiste ni même centriste : Le bon sens et la défense des intérêts mutuels. Quant à la politique
sociale et à l'interdiction de toute publication de chiffres qui refusons même d'établir des "statistiques démographiques sur nos origines, ce qui revient à supprimer le thermomètre pour faire
baisser la température", nous n'avons jamais entendu le centre s'exprimer ainsi jusqu'à présent....

Bernard LUSSET 21/08/2013 15:08



Et bien, le centre arrive, mon cher Edouard...


Et ce n'est pas la première fois que le centre exprime un tel point de vue. Cordialement. BL



Bulens Bruno 21/08/2013 12:27

Bonjour Bernard

Sujet important dans une période où le taux de chômage et le pouvoir d’achat sont en berne. Notre politique sociale coute beaucoup d’argent au contribuable, continuer à se voiler la face n’est pas
la solution. Le regroupement familial ne doit pas se faire que d’un sens, il est possible de le faire de l’Europe vers les autres continents en apportant notre aide dans ces pays. La raison fait
que nous ne pouvons pas accueillir toutes les injustices de ce monde, la France aurait le plein-emploi cela ne poserait pas problème mais ce regroupement familial fait des nouveaux pauvres en
France qui s’appuie que sur les fonds sociaux mais si l’emploi diminue (ce qui est le cas) comment allons nous subvenir à leurs besoins. Pour conclure oui je suis du même avis et n’entrons pas dans
ces slogans FN et FdG mais réfléchissons sur des moyens permettant ce regroupement dans leur pays d’appartenance, la France n’a plus les moyens de régler les problèmes. C’est une réponse centriste
que je partage.

Amitiés