Sondages : on recommence les sottises ?

Publié le par Bernard LUSSET

35 % au premier tour et 62% au second : voilà les scores dont les sondages créditent aujourd'hui François Hollande face à Nicolas Sarkozy. A lire les tribunes, éditoriaux et chroniques diverses qui émaillent quotidiens et hebdomadaires, l'affaire serait pliée : Sarkozy sera battu par Hollande.

 

Seul "Libération" publie un intéressant article (lire l'article) qui nous rafraichit la mémoire sur l'histoire récente des sondages. Petit rappel :

 

sondage.jpgLe 13/12/2006, l'institut BVA (et tous les autres) crédite Ségolène Royal de 35 % d'intentions de vote (Sarkozy 32 et Bayrou 8). Le résultat fut bien différent : S. Royal obtiendra finalement au premier tour, 4 mois plus tard, 25% des voix (Sarkozy 31 et Bayrou 18).

 

Idem la fois d'avant : un an avant la présidentielle, c'est Balladur qui est donné gagnant avec 33% d'intention de vote (et seulement 14 à Chirac et 24 à Jospin) : on connait la suite...

 

En tant que militant centriste, je ne suis pas plus impressionné par l'anti-sarkozisme exacerbé qui règne aujourd'hui que par les 2 % d'intentions de vote qu'on prête à Hervé Morin ou les 4,5% d'Eva Joly : rien de ce qui est dit aujourd'hui ne préfigure le résultat des 22 avril et 6 mai prochains (notez ces deux dates). 

 

Ce rappel de "Libé" suffira-t-il à calmer les humeurs sondagières des médias ? Je n'ose l'espérer. En tout cas, c'est pas parti pour... Manifestement, nul ne mesure que nous venons de traverser une période faste pour le PS (la campagne omniprésente des primaires), et qu'à cette période, va succéder une autre, plusieurs autres même, avant que les Français ne se mettent sérieusement à réfléchir aux enjeux de ce scrutin.

 

Je continue de penser que le débat politique et la campagne électorale oeuvreront, le moment venu, dans l'esprit des Français pour les aider à mûrir leur choix.

 

Et ce temps-là n'est pas arrivé : personne ne s'en plaindra.

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article