Tripatouillages

Publié le par Bernard LUSSET

 

Se joue en ce moment à Agen un de ces feuilletons feutrés qui font la petite histoire locale : Castelculier rejoindra-t-elle l'Agglo d'Agen ou bien la Communauté rurale de Puymirol-Beauville ? Ce qui revient à demander si Castelculier est rurale comme le prétend son Maire, ou urbaine comme le prétend l'Agglo derrière son Président ? Rappelons ici que la loi prévoit que toute commune doit adhérer à une communauté dont le territoire respecte le bassin de vie. C'est le Préfet qui est chargé de mettre en oeuvre la loi, assisté dans sa réflexion par la CDCI (*).

 

Bassin de vie

 

On a reconnu dans un passé récent que Sauvagnas, Marmont-Pachas ou Cuq, communes rurales s'il en est, faisaient bien partie du bassin de vie agenais. Bizarrement, on entretient le suspens pour savoir si Castelculier, elle aussi, a destin lié avec l'agglo d'Agen ou pas. Ailleurs ou en d'autres temps, on se tordrait de rire devant une question aussi évidente !

 

Où les Castelfondais se font-ils soigner ?

Où vont-ils faire leurs courses ?

Où travaillent-ils ?

Où sont scolarisés leurs enfants ?

Où prennent-ils le train ou l'autoroute ?

Où vont-ils au cinéma, au théâtre, etc...?

Où sont les zones d'emplois ?

Tout ça à Beauville sans doute... Et la rocade Beauregard-RD813 qui a désenclavé de manière spectaculaire Castelculier : qui a décoincé ce projet et qui l'a financé ? L'Agglo d'Agen bien sûr, au nom du bassin de vie, pas Puymirol-Beauville ! 

 

D'ailleurs, un simple coup d'oeil sur cette carte montre bien la pertinence du projet d'intégrer Castelculier à Agen : dans une agglomération au territoire enfin cohérent, l'enclave constituée par Castelculier et St Pierre de Clairac est, d'évidence, une absurdité. Justement le genre de situation que la loi a voulu empêcher...

 

carte agglo agen

 

Et pourtant, malgré ces évidences confirmées par l'INSEE et la Chambre régionale des Comptes, la majorité PS du Conseil général milite, contre l'esprit de la loi et le bon sens, pour le rattachement de Castelculier à Puymirol-Beauville. Pierre Camani et ses amis ont-ils perdu la raison ? Oh que non. Mais ils ont décidé que les intérêts de leurs amis politiques de Puymirol-Beauville, dont les moyens financiers sont maigres, devaient primer sur les logiques de territoire. Et comme il y a fort à parier qu'entre les principes fixés par la loi et la pression politique mise sur la préfecture, c'est sans doute, hélas, la pression politique qui l'emportera, ce sont donc les Castelfondais qui, par leurs impôts, devront financer dans les années qui viennent les projets de la communauté Puymirol-Beauville. Joli tripatouillage...

 

Laisser faire ?

 

L'agglo d'Agen a-t-elle quelque chose à gagner ou à perdre dans cette affaire ? Rien. Absolument rien : avec ses 29 communes, ses compétences, son portefeuille de projets, ses équipes administratives et techniques, l'agglo a désormais atteint son rythme de croisière. Elle poursuivra sa dynamique propre, avec ou sans Castelculier. Pourquoi alors se mobiliser sur cette affaire ? Simplement au nom du bon sens et de la bonne gestion locale. Simplement pour favoriser l'intérêt réel d'un bassin de vie et de ses habitants. Simplement pour dénoncer les tripatouillages entre amis qui demeurent manifestement la "boite à outils" favorite des socialistes, à Saint Jacques comme à Paris. Comme une répétition générale avant le prochain redécoupage des cantons sans doute...

 

Heureusement, viendra le temps où la pleine lumière sera faite sur ce coup de canif au bon sens et à la bonne gestion des deniers publics. Ce jour-là, plus proche qu'on ne le pense, on se demandera quels responsables ont bien pu cautionner une telle aberration et pourquoi. Et, ce jour-là, bien sûr, on corrigera et on réalisera que derrière les tentatives de l'Agglo d'Agen et de son président Jean Dionis, il n'y avait ni rivalités de personnes ni visées expansionnistes mais juste du bon sens.

 

Mais on aura perdu du temps, notre sport politique local favori. Et on aura laissé au juge le soin de trancher ce que les politiques auraient dû décider eux-mêmes. Perspective peu reluisante qui justifie pleinement les efforts que le bureau de l'Agglo aura menés pour essayer d'éviter cette sottise. 

 

 

(*) Commission Départementale de Coopération Intercommunale : instance départementale composée d'élus locaux, saisie pour avis par le Préfet sur le projet de rattachement de Castelculier et St Pierre à une intercommunalité

 

Publié dans on en parle à Agen

Commenter cet article

Bulens Bruno 25/05/2013 12:02

Bonjour, je tenais à dire ce que je pense de cette décision il est dommage que Castelculier ce soit isoler, tous les moyens on été mis en place afin de faciliter le déplacement de ces habitants de
la commune à travers le contournement d'Agen. La gauche est mal placé pour donner des leçons pour moi Castelculier est prés d'Agen ses habitants utilisent tout ce qui leur est donner à travers les
différents service de la CAA d'Agen, mais il faudra expliquer aux citoyens de Castelculier qu'ils devront payer afin d'obtenir des services. Dans tous les cas si Castelculier désire être isoler du
bassin Agenais c'est leurs affaires mais je trouve dommage car cette commune se trouve bien à proximiter de la CAA d'Agen quand aux bons services comme dit Mr Camani on en reparlera quand les
castelfondais devront payerplus.

Pierre CAMANI 25/05/2013 09:35

M. Lusset prête à cette décision démocratique tous les maux de la terre, flirtant grossièrement entre analyse inexacte et mauvaise foi évidente. Premièrement, il s'agirait d'une victoire de la
gauche. La CDCI est une institution composée de 42 membres, dont une moitié d'élus de gauche (21) et une moitié d'élus de droite (21). Le rattachement des communes de Castelculier et
Saint-Pierre-de-Clairac, position défendue par M. Dionis, n'a recueilli que 14 voix, c'est-à-dire que près d'un tiers des amis politiques de M. Dionis ne l'ont pas suivi. En quoi la gauche en
serait-elle responsable ? Deuxièmement, il s'agirait du résultat d'une «pression politique» du préfet. C'est faire bien peu de cas des facultés de jugement des élus locaux et c'est oublier que le
préfet dispose, de par la loi, de la possibilité de procéder au rattachement des communes isolées sans qu'obligation ne lui soit faite de consulter la CDCI pour cela. Troisièmement, la décision de
la CDCI ne serait pas conforme aux «principes fixés par la loi». Sauf à ce que M. Lusset ne dispose d'un soudain monopole dans l'analyse du droit public français, il s'avère que l'intégration des
communes de Castelculier et Saint-Pierre-de-Clairac est parfaitement conforme à notre législation, qui fait prévaloir la solidarité financière et territoriale parmi les motifs de l'adhésion des
communes isolées à telle ou telle communauté de communes. Comme en d'autres domaines, le maire d'Agen et son premier adjoint ont visiblement du mal à admettre que des territoires ruraux de
l'Agenais puissent s'organiser pour porter un projet en commun. N'est-ce pas là pourtant une liberté fondamentale permise aux communes de notre pays ?

Bernard LUSSET 25/05/2013 09:46



Mémoire sélective ? Pierre Camani oublie qu'il a considéré que Clairac devait intégrer l'agglo de Marmande et que Laroque-Timbaut devait en faire de même avec Villeneuve. Là, il était d'accord
pour soutenir l'expansion territoriale de ces communautés et considérer les "bassins de vie". Il est vrai que ces communautés  sont présidées par ses amis socialistes.


Mais quand on dit que Castelculier a une vocation naturelle au sein du bassin de vie d'Agen, Pierre Camani n'est plus d'accord et s'empresse de voler au secours de ses amis de
Puymirol-Beauville. Sans une once d'esprit politicien bien sûr...


Décidemment, le Président du Conseil général a beaucoup d'humour ! Mais que ne ferait un bon sénateur pour ses amis élus, n'est-ce pas...



RD 24/05/2013 09:51

Si l'on se fie à ce que dit M. Lusset, adjoint au maire d'Agen, dans son article de presse publié en page 3 du Petit Bleu Agenais du 21 mai, on pourrait croire que tous les services et activités
auxquels souscrivent les habitants de Castelculier appartiennent à la CAA. Il est vrai qu'une partie des Castelfondais travaille à Agen mais les services administratifs que sont la préfecture, le
conseil général, les impôts, les services académiques, l'Equipement, etc., appartiennent-ils à la CAA? Non. Les grands organismes que sont EDF, GDF, la SNCF, France Télécom, etc. appartiennent-ils
à la CAA ? Non. Mais, de plus et grâce à la volonté de sa municipalité, Castelculier s'est dotée de zones d'activités importantes dans lesquelles travaillent, non seulement des Castelfondais, mais
aussi des habitants des communes voisines. Il est vrai que les jeunes Castelfondais vont étudier à Agen mais les lycées et la faculté appartiennent-ils à la CAA ? Non. Et qui finance les transports
scolaires ? Le conseil général. Il est vrai que certains Castelfondais vont prendre le train à Agen. Mais, si la CAA avait racheté le réseau ferré et les trains à la SNCF, cela se saurait. Il est
vrai que certains Castelfondais utilisent l'Hôpital et les cliniques privées d'Agen mais ceux-ci n'appartiennent en rien à la CAA. Mais, lorsque M. Lusset affirme que M. le préfet serait aux ordres
de M. Pierre Camani, c'est proprement scandaleux et il est probable que M. le Préfet a dû apprécier. Celui-ci va devoir prendre une décision et c'est pour cela qu'il a réuni la CDCI (Commission
départementale de la coopération intercommunale). Le résultat du vote a été sans appel. Et, même si le président de la CAA a affirmé haut et fort qu'il s'agissait d'un vote politique, il n'en est
rien car Castelculier et Saint-Pierre-de-Clairac ne sont pas des communes particulièrement marquées à gauche. Les élus membres de la CDCI ont tout simplement considéré qu'il fallait donner le
maximum de moyens à la CCPAPS (Communauté de communes Porte d'Aquitaine en Pays de Serres) et c'est tout à leur honneur car on ne peut laisser de côté les petites communes rurales. Elles ont le
droit de bénéficier de bons services et cela au meilleur prix et de développer des activités nouvelles sur leur territoire.

Bernard LUSSET 24/05/2013 09:55



Ai-je prétendu que les administrations "appartenaient" à l'Agglo ?? Il suffira de relire ma chronique pour comprendre que je n'ai pas écrit une telle absurdité... En revanche, ces services
"appartiennent" bien au territoire de l'agglo d'Agen ou, pour le dire autrement, ils y sont situés. Ca s'appelle un "bassin de vie".


Mais, manifestement, ni Pierre Camani ni son porte-plume de circonstance ne semblent trouver ça important. En tout cas, ce commentaire apporte une bien utile confirmation : les Castelfondais
vont devoir payer pour Puymirol-Beauville. CQFD...