Un président à Agen

Publié le par Bernard LUSSET

Avec à peine 2 petites heures consacrées aux maires du Lot-et-Garonne réunis à l'invitation de Jean Dionis, leur Président, en AG extraordinaire à Brax, Nicolas Sarkozy a donné ce matin une nouvelle leçon d'optimisation d'agenda !

 

Le Président n'était là ni pour distribuer de bonnes paroles, ni pour dispenser d'aimables promesses pré-électorales. Qu'on se le dire : le Président présidera jusqu'au bout et l'esprit de réforme qui marque son quinquennat ne mollira sans doute pas d'ici le printemps 2012.

 

Manifestement, à défaut d'écrire une histoire d'amour ou de passion avec les Français pour 5 ans de plus, N. Sarkozy semble déterminé à "faire le job" jusqu'au bout, au risque calculé de faire passer ses compétiteurs du printemps 2012 pour d'aimables plaisantins dans un contexte économique international qui plaide plutôt pour des dirigeants solides et expérimentés.JDS-SARKO-02.jpg

 

C'est peu dire que, dans l'exercice calibré de ce matin, Nicolas Sarkozy excelle : appel au sens des responsabilités des élus présents, dramatisation -justifiée- de la situation économique, valorisation de l'effort et de la réforme dans un pays trop enclin au suivisme ou à l'introspection, le discours présidentiel avait, au final, une certaine tenue et une réelle capacité de conviction.

 

Les élus présents ont eu droit à un Président volontaire certes, mais aussi un chef d'Etat qui a voulu se montrer souple et ouvert au débat, pourvu que cela ne le détourne pas des réformes en cours sur lesquelles, nous l'avons tous compris, il ne lâchera rien.

 

Manifestement, l'épisode de la mini-agression d'avant réunion, si elle a instantanément fait le buzz sur le net et dans les medias, n'a guère troublé le Président ! Le pauvre bougre qui s'est prêté à ce jeu a eu une fort mauvaise idée... "Pire" sans doute : il aura donné un joli coup de pub à Nicolas Sarkozy, ce qui est sans doute l'inverse exact du but recherché !

 

Finances locales, intercommunalité, devenir des services publics en zone rurale, identité communale, complexité des normes auront été au menu d'une mi-journée instructive et tonique. En sortant de la salle, les élus présents, droite et gauche confondus, avaient le sentiment d'avoir rencontré un animal politique de 1ère division, reléguant nombre de ses prétendants dans les divisions inférieures.

 

Peut-être Nicolas Sarkozy trouvera-t-il sur ce chemin la voie de sa réhabilitation politique et de ses succès futurs ? L'avenir le dira...

Publié dans on en parle partout

Commenter cet article