Roulette russe

Publié le par Bernard LUSSET

Je ne sais pas quel crédit il faut accorder aux sondages qui nous indiquent, ces jours-ci, une montée en flèche des intentions de vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon. Il est vrai que l'état de sidération où se trouvent les Français en cette fin de campagne est tel que plus rien ne devrait nous étonner... Mais la perspective, même incertaine, d'un second tour Le Pen / Mélenchon, mérite de rappeler, me semble-t-il, quelques principes :

En démocratie, c'est l'expression majoritaire du peuple qui désigne nos représentants. S'il s'agit d'un droit fondamental donné aux citoyens et conquis par eux, rappelons aussi qu'il s'agit d'un grand devoir qui nous est ainsi confié.

A force d'entendre tout -et notamment le pire- sur les politiques, on finit en effet par oublier que le vote que nous émettrons dans une semaine est absolument majeur pour l'avenir du pays. Mine de rien, c'est de notre économie, de notre place en Europe et le monde, de l'avenir de nos enfants, de nos retraites, de la manière de vivre ensemble, etc... dont il est question là.

Les talents de tribun, les promesses de lendemain meilleurs, les belles gueules ou l'empilement de formules faciles ne devraient pas suffire à emporter notre adhésion, sauf à le regretter plus tard, et sans doute trop tard.

Il ne sert à rien de râler après les politiques si, le jour du choix venu, nous ne sommes pas capables de dépasser nos réactions immédiates et préférons glisser notre amertume dans l'urne plutôt qu'un bulletin de vote. Attention : à ce jeu, nous finirons par avoir les élus que nous méritons.

Manifestement, l'offre politique de cette élection présidentielle plonge beaucoup de Français dans la perplexité et on peut le comprendre. Mais c'est bien à nous, citoyens souverains, d'exercer en conscience notre devoir de désignation et de le faire au mieux de ce que nous pensons être les intérêts futurs du pays.

On aura du mal à me convaincre qu'un vote Le Pen ou Mélenchon puisse en quoi que ce soit être à la hauteur des besoins du pays. Sauf à transformer ce rendez-vous démocratique majeur qu'est la présidentielle en roulette russe institutionnelle.

Roulette russe

Publié dans on en parle partout

Commenter cet article