A propos de la décision de Pierre Chollet

Publié le par Bernard LUSSET

Ces derniers mois, contrairement à beaucoup, j'ai attendu sans impatience que celui qui devait parler parle. Mon collègue Pierre Chollet a donc confirmé cette semaine au Maire puis aujourd'hui aux Agenais sa décision de ne pas être candidat aux prochaines municipales et sa volonté de concentrer à l'avenir son engagement public sur la représentation territoriale d'Agen, tant auprès du Département que de la Région, cette proposition recevant le soutien plein et entier de Jean Dionis.

En quelques décennies d'engagement public en Agenais, j'ai appris depuis longtemps qu'en politique, l'envie et le talent ne suffisent jamais pour pouvoir s'engager. Il faut aussi que les circonstances s'y prêtent. Or, il peut arriver qu'un tel alignement de planètes ne se réalise jamais : combien de talents prometteurs ai-je ainsi vu pâlir à l'ombre d'un Jean François-Poncet, d'un Alain Juppé, d'un Dominique Baudis et de tant d'autres ? Des tas.

Lorsque ces circonstances favorables ne surviennent pas, beaucoup se laissent submerger par la frustration. Ils s'y bâtissent une solide réputation de diviseurs et se construisent généralement une belle trajectoire de perdants : Pierre n'est pas de ceux-là.

Il a eu l'intelligence de surmonter cette réaction immédiate malgré les bonnes paroles des visiteurs du soir qui attisent toujours les rivalités mais ne sont jamais là les lendemains de défaites. Pierre a donc mis son envie d'engagement au service de sa ville et son territoire au-dessus des autres considérations.

L'hypothèse un temps évoquée de sa candidature en marge de celle de la majorité aux prochaines municipales attristait tout ceux qui aspirent à ce que le formidable travail collectif entrepris à Agen se poursuive sous une forme renouvelée. Ce temps d’inquiétude est désormais derrière nous : j'en suis heureux.

J'ajoute que le dessein de Pierre Chollet est de répondre à une problématique plus importante qu'on ne le pense : celle de la représentation agenaise auprès de ses partenaires traditionnels que sont le département et la région. La proposition de Pierre est de travailler en équipe plutôt qu'en concentration de pouvoirs : je suis comme lui absolument persuadé que l'avenir de l'action publique locale est bien plus au réseau qu'au cumul et que cette inflexion des mœurs politiques se prépare : comme l'a joliment écrit Saint-Exupéry, il ne s'agit pas de prévoir l'avenir mais de le rendre possible.

Ce projet politique permettra en outre, je l'espère, de renforcer l’indispensable lien entre le Lot et Garonne et sa petite capitale agenaise, l’un ne pouvant espérer prospérer sans l’autre et réciproquement.

Bonne route, Pierre.

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Guy RIO 28/09/2019 16:35

Merci Monsieur pour ce témoignage que je partage en tous points.
Servir pour le bien de tous est plus gratifiant que servir pour avoir une satisfaction perso.
Amicalement.