Après Mila, Griveaux

Publié le par Bernard LUSSET

Il y a quelques jours à peine, les propos privés d'une jeune fille, mis au jour via les réseaux sociaux, la plaçaient littéralement hors de la société. On avait pu espérer que le sursaut collectif né à cette occasion nous mobiliserait sur la défense des droits individuels.

Et puis voilà cette vidéo qui contraint son auteur à renoncer à sa candidature. On saura sans doute un jour -on saura sûrement très bientôt- comment ces images ont été ainsi portées à la connaissance de l'auteur de cet outing, Piotr Pavlenski. L'individu se présente comme un "artiste" dont le seul art en réalité est de se mettre en scène et de s'autoproclamer garant de la vertu des hommes politiques qu'il choisit pour cible. Ce type est réfugié politique chez nous...

Avec Mila, il était question de droits individuels foulés au pied sur les réseaux sociaux. Là, il est question de droits collectifs, de démocratie : ce n'est ni pire ni mieux. C'est juste un pas de plus dans l'ignominie.

Nul référence au droit là-dedans : rien d'illégal dans la vidéo dénoncée. Pas de présomption d'innocence, non plus. Pas davantage de procédure contradictoire. Pas de droit à la défense, donc. Etre pointé du doigt suffit à être condamné. Le retour des procès staliniens de la pire époque et même sans doute pire quand on voit l'étrange et inquiétante coalition des nihilistes de tous poils qui sont là, tapis dans l'ombre.

Cet "artiste" déglingué de la tête aura son heure de gloire, complaisamment relayée par un député manifestement aussi dérangé que lui. Mais s'il n'était question que de ça... Quelle garantie de voir nos prochains scrutins démocratiques se dérouler normalement quand la force des réseaux sociaux est telle qu'il n'existe aucune parade sérieuse à ce genre d'acte, pas de loi protectrice, pas de sanction efficace ?

Seule une réaction collective pourrait y mettre un terme. Mais BFMTV  ouvre son antenne à Pavlenski pour qu'il explique les motivations de son geste : nous sommes mal partis.

Alors, renvoyer Pavlenski se faire voir chez les Russes qui l'attendent de pied ferme pour les délits commis chez eux ? L'idée de le confier aux sbires de Poutine, je dois l'avouer, me tente...

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

fangeux8889 16/02/2020 00:40

« L’américanisation des élites politiques » est effectivement en marche :MM.Trump & Griveaux paraissent si oisifs et si peu préoccupés du bien commun qu’ils consacrent une part non négligeable de leur temps à des activités fort peu reluisantes.C’est à croire qu’ils n’ont rien à faire…Il est vrai que le travail a longtemps été réservé aux masses serviles & prolétarisées.Cela semble toujours être le cas quand on constate que nos « élites dirigeantes » sont strictement incapables de prendre les mesures adéquates pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés :inégalités sociales,dérèglement climatique,délitement du lien social,extrémisme religieux,pourrissement de l’esprit public…etc. Mais peut-on encore parler d’ « élites » ? Ils représentent eux-mêmes avant tout. « Roulons-nous dans la fange tant que le loup n’y est pas…. »pourrait-on dire.En France comme aux Etats-Unis les élites dirigeantes touchent le fond où la misère le dispute au sordide.Les populismes trumpien & macronien risquent fort de s’achever en farce tragique.Vivement que cela change !

Bernard LUSSET 18/02/2020 14:53

A vous lire, je ne suis pas sûr que le populisme soit seulement du côté de Trump et de Macron...