2016, année des bonnes surprises ?

Publié le par Bernard LUSSET

Au moment de passer d'une année à l'autre, je souhaite partager avec vous la lecture de deux courts textes récents, dont la lecture m'a semblé intéressante. Le premier est signé de Jacques Attali :

Soyons-en persuadés : 2016 ne peut être que l’année des bonnes surprises… parce que le pire du pire est très vraisemblable

in Le Blog de Jacques Attali

Guère optimiste, Attali dresse dans ce texte la liste des 10 catastrophes qui devraient logiquement émailler l'année à venir : attentats, conflits divers, crise financière majeure, "Brexit", catastrophes naturelles, epizootie sans vaccin efficace, aggravation du chômage en France, rejet croissant des élites, etc... Si aucune ne survient "et cela tiendrait du miracle – on pourra dire que le monde est passé à côté du désastre". Excessivement pessimiste, Attali ? Hélas, pas sûr.

Pour rompre (un peu) avec ces sombres prévisions, je vous soumets le second texte qui m'a interpellé, celui de Jean Garrigues, historien spécialiste de la vie parlementaire et politique française. Dans ce texte, Jean Garrigues met notamment en évidence les trois familles de pensée durablement installées dans le paysage français : une gauche anti-libérale, une droite populiste et identitaire et, au milieu, un bloc des modérés qui, à lui seul, a représenté aux dernières régionales les 2/3 des électeurs.

Ce bloc des modérés (...) pourrait constituer le socle d’une grande coalition. Il est évident que tout dans notre système politique s’y oppose.

Jean Garrigues

Et l'universitaire de détailler dans son texte la dizaine de mesures indispensables pour lever les blocages politiques et institutionnels qui empêchent cette coalition réformatrice d'accéder au pouvoir et, ainsi, de modifier en profondeur nos institutions et nos usages politiques "d'un autre âge". C'est peu dire que je me retrouve profondément dans cette analyse.

En ces temps de voeux, je vous recommande la lecture de ces deux textes où sont évoqués lucidement les risques qui nous attendent et les moyens à mettre en place pour les prévenir.

Pour la plus large part, tout cela ne dépendra que de nous, citoyens : voudrons-nous ou non entreprendre en 2017 les réformes indispensables ? Et si oui, serons-nous capables ou pas de désigner ceux qui sauront porter le rassemblement réformateur, apaisé et ambitieux, dont le pays a besoin ?

Je reconnais volontiers que la politique et ce qu'elle donne à voir ne font guère envie. Cela ne doit pas pour autant nous dédouaner de notre engagement citoyen : c'est pourquoi j'ai choisi de rejoindre Alain Juppé et vous invite à en faire autant.

Bonne année 2016 à tous, en formant le voeu qu'elle nous réserve quelques bonnes surprises.

in Lycée de l'Image et du Son d'Angoulême

in Lycée de l'Image et du Son d'Angoulême

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurent Nicolas 03/01/2016 12:40

J'aimerais avoir votre sentiment sur trois sujets majeurs qui concernant les années à venir en matière d'éducation et savoir si vous adhérez pleinement aux préconisations d'Alain Juppé en la matière :
1. la non remise en cause de la réforme du collège ( au niveau structurel et programmatique )
2.l'autonomie accrue des établissements ( avec un pouvoir renforcé des chefs d'établissements : pouvoir de recruter et d'évaluer les professeurs)
3.la mise en avant de l'interdiciplinarité au détriment des disciplines elles mêmes .
Meilleurs vœux pour 2016
p.s : la majorité des professeurs enseignant en collège est contre cette réforme et je vous promets un mois de septembre agité , au moment de son hypothétique mise en place....

Bernard LUSSET 04/01/2016 14:31

Merci de vos voeux auxquels je réponds volontiers en vous adressant à mon tour mes souhaits chaleureux pour l'année 2016. Je vous réponds ensuite sur vos questions relatives aux propositions d'Alain Juppé en matière d'éducation en vous précisant d'abord qu'il ne s'agit pas d'un programme mais d'un ensemble de propositions soumises au débat, dans la perspective des primaires. Ces propositions ont vocation à être partagées et débattues : c'est ce que nous ferons dans les prochaines semaines au sein du comité AJ Agen-Lot et Garonne que j'ai constitué et que je vous invite à rejoindre sur www.aj47.fr
Je ne sais pas si les enseignants de collège s'opposeront à de telles réformes. Mais je suis convaincu, en revanche, que nous pouvons partager un même constat : celui d'un échec de notre politique éducative, échec à la fois profond et collectif. Il ne s'agit pas pour Alain Juppé de pointer du doigt telle ou telle responsabilité mais plutôt de proposer un chemin, au service de nos enfants. Je vous invite à rejoindre ce comité agenais et d'y poursuivre ensemble la réflexion. Vous pouvez en outre adresser directement votre contribution à www.agispourlafrance.fr A très vite, j'espère. BL