A propos de la "maison noire"

Publié le par Bernard LUSSET

 

Dans la vie passionnante qui est celle d'un élu local, il y a des choses qui m'étonnent encore et, pour tout dire, qui m'agacent un peu : c'est l'idée, aux yeux de bien des gens, qu'il suffit que vous soyez "élu" pour, subitement, d'un seul coup et définitivement, devenir soit un sinistre abruti, soit un incompétent notoire.

 

Comme si l'onction du suffrage universel devait nécessairement transformer les citoyens que nous sommes restés avant tout -que je suis- en une sorte d'âne bâté qui ne saurait rien faire d'autre que de décider aveuglément, n'importe comment et, si possible, de la manière la plus stupide qui soit !

 

Un de mes collègues, représentant récemment la Mairie dans un conseil d'école, s'est vu poser la question suivante par un parent : "pourquoi débutez-vous les travaux en septembre ?" La réponse est évidente : " pour emmerder le monde, bien sûr !" ou, variante : "pourquoi, ça pose un problème ?" !

 

Je vous jure : il y a des moments...!

 

Si je vous raconte ça, c'est parce qu'il parait que M6 a récemment consacré un reportage à la "maison noire" d'Agen. Ce qui nous a valu de recevoir en Mairie un e-mail d'un Monsieur que, par charité, j'appelerai Monsieur "L". Ce Monsieur "L". qui vit dans un chateau que nous appellerons le Chateau "M"., ne connait sans doute pas Agen, mais il a, certainement, des idées très arrêtées sur les élus en général. Pour preuve -et pour sourire-, je reproduis ci-dessous le mail reçu... et la réponse que je lui fais.

 

Franchement, il y a des jours... !

 

@ +

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Le mail reçu de "Monsieur L", adressé à ma collègue Marie-Françoise Massalaz

 

Chère Madame,

 

Je me permets de m'adresser à vous concernant la "maison noire" et je m'interroge sur votre exigeance de demande d'autorisation de travaux (ref: article La Dépèche)

 

En effet je ne pense pas qu'un changement de couleur de façade nécessite une autorisation de vos services ou de la mairie en général sauf si il existe un cahier des charges en la matiere ou si le batiment concerné se trouve dans le périmetre classé d'un monument historique ce qui en l'occurrence ne semble pas être la cas.
Il s'agirait donc d'une prise de position partiale et non fondée de votre mairie.

 

Je ne souhaite pas épiloguer sur les "gouts et les couleurs" pas plus que sur les exigences des mairies qui transforment notre pays en lotissements de maisons merlin au style dit "traditionnel" et en centre commerciaux dans lesquels  la pauvreté de l'architecture fait concurrence à la laideur et au nivellement par le bas (contrairement à bien des pays voisins dans lesquels l'architecture contemporaine peut s'exprimer plus librement et avec talent)

Je note cependant que si  ces préceptes avaient été appliqués lors de la construction de cette maison sans doute dans les années 30/50 elle n'existerait pas car que vient faire une maison de style vaguement néo basque pompeux a Agen ?

 

Je voudrais Madame vous faire remarquer qu'un enfermement dans des valeurs et des gouts petit bourgeois de province est particulièrement pitoyable (il existe d'autres valeurs que les carrés hermes et les manteaux d'astrakan) et vous souhaiter la bienvenue dans le XXI siècle.

 

En espérant voir rapidement la fin de cet enfermement idéologique, recevez, Madame l'assurance de mon espoir de vous voir sortir de ce remake de la querelle des "anciens et des modernes".

 

 

et ma réponse à "Monsieur L" :

 

Cher Monsieur,
 

J’ai lu avec attention le mail que vous avez adressé à ma collègue Marie-Françoise Massalaz, Adjointe au Maire déléguée à l’Urbanisme. Ce message appelle de ma part plusieurs remarques que je me fais un devoir de vous soumettre.

 

Contrairement à ce que vous indiquez, il existe bien une règlementation relative aux changements de couleur de façade, à Agen comme ailleurs : c’est une déclaration préalable de travaux. Et comme vous semblez mal connaître notre ville, je vous confirme que la «maison noire» est située dans un secteur protégé, sur un petit coteau qui domine notre ville et qui est donc en première visibilité.
 

Je ne souhaite pas, moi non plus, « épiloguer sur les goûts et les couleurs » comme vous même, sagement, affirmez vouloir y renoncer. Il n’est d’ailleurs pas question là d’esthétique, mais de droit. Votre point de vue ou le mien relèverait du « café du commerce » et votre intervention souhaite, manifestement, se situer à un autre niveau.
 

En revanche, je souhaite vous dire combien l’insondable mépris que vous affichez dans votre message pour le supposé « enfermement dans des valeurs et des goûts petit bourgeois de province » dont nous aurions fait preuve, nous a bien fait rire ici !
 

Savez-vous que, même à Agen, le XXIème siècle est arrivé ?! Quant aux « carrés Hermes » et aux « manteaux d’astrakan » que vous appelez à la rescousse pour votre démonstration, ils ne sont guère en vigueur sur les bords de la Garonne : venez voir vous-même !

Nous n’avons sans doute ni votre culture, ni ce sens visiblement inné de ce qui serait «tendance» à Paris, au Château "M" ou ailleurs.
 

Nous ne sommes que des citoyens, élus par la grâce du suffrage universel avec, entre autres valeurs, notre attachement à ce que les lois qui nous gouvernent pour le bien commun, soient appliquées.
 

Contrairement à ce que vous dites dans votre message, nous n’avons fait preuve dans cette affaire d’aucun «enfermement idéologique» : les promoteurs de ce changement de façade ont d’ailleurs été reçus par notre Maire et notre Adjointe, dès le départ, pour essayer de trouver avec les intéressés une solution qui permette au droit et à l’art d’y trouver leur compte. Finalement, faute d’un dialogue ouvert, ce sont les tribunaux qui devront trancher : la belle
affaire !
 

Je reconnais volontiers qu’il serait plaisant et rassurant de ne voir dans cette affaire qu’un nouveau Clochemerle où les élus –forcément stupides ou attardés : quelle autre alternative pour des élus… ?- seraient les légitimes victimes de leur aveugle obstination.
 

Hélas, là comme ailleurs, un peu de mesure vous ferait voir que cette pauvre affaire aurait pu trouver aisément une issue intelligente, avec un peu de bon sens partagé.

Mais si cela avait été, cela nous aurait privés du plaisir (et du fou rire) de lire votre message. Et, rien que pour ça, cette affaire de la « maison noire » retrouve à mes yeux un peu d’intérêt…

Je vous prie d’agréer, cher Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs

 

 

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dégoutetdescouleurs 22/08/2017 13:41

Comment s'ebfoncer un peu plus s'il en fallait...
Réponse de petit fonctionnaire de province ? Non hélas...