A propos de la mise en examen de N. Sarkozy

Publié le par Bernard LUSSET

 

Un de mes amis me taquine en s'étonnant de mon silence sur ce blog après la mise en examen de Nicolas Sarkozy. Il veut y voir, malicieusement, une forme suprême d'habileté de ma part en ces temps pré-électoraux, où je chercherais à ne froisser ni mes amis centristes, peu sarkozystes, ni mes cousins UMP qui, eux, le sont franchement.

 

Rien de tout ça en vérité. Temps pré-électoral ou pas, je m'en tiens à une règle simple depuis l'origine même de ce blog : lorsqu'un responsable politique est mis en examen, quelle que soit sa couleur politique et quels que soient les faits qui lui sont reprochés, au local comme au national, je me suis fixé comme règle de le considérer comme innocent jusqu'à ce que la justice vienne, le cas échéant, décider du contraire par une décision devenue définitive.

 

Et donc, de la même manière qu'en vertu de ce principe, Jérome Cahuzac est réputé à mes yeux n'avoir jamais détenu de compte bancaire à l'étranger, de la même manière, Nicolas Sarkozy est peu suspect à mes yeux d'avoir tenté d'abuser de la faiblesse d'une très vieille et très riche dame pour lui extorquer des sous.

 

Voilà l'origine de mon silence. Pour le reste, faut-il alimenter la chronique qui veut voir, dans la concordance de temps de ces deux affaires politico-judiciaires, autre chose qu'une simple coïncidence ? A bien y réfléchir, ce serait tellement terrifiant comme idée que je préfère laisser la Justice bénéficier, elle aussi, de la présomption d'innocence...

 

 

Publié dans on en parle partout

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article