Indécence

Publié le par Bernard LUSSET

La majorité socialiste du Conseil départemental a donc voté son budget rectificatif, sous la pression de la Chambre régionale des Comptes, elle même saisie en raison du caractère insincère du budget délibérément voté en début d'année. Le cochon de contribuable (+20%), le monde associatif et les communes de Lot-et-Garonne paieront donc les incuries de Pierre Camani dans ses doubles fonctions de Président du département et de Sénateur (cf ma précédente chronique)

Comme si ça ne suffisait pas, le même Pierre Camani fait mine d'avoir été reçu par Macron, alors qu'en réalité il s'est glissé in extremis au milieu d'une délégation de l'Assemblée des Départements de France dont l'audience à l'Elysée était programmée. Il fait mine de croire qu'il obtiendra aujourd'hui, dans le contexte budgétaire national qu'on connait et maintenant qu'il va cesser d'être sénateur, ce qu'il a été incapable d'obtenir de ses propres amis durant son mandat parlementaire. Il fait mine d'être devenu l'ambassadeur des départements ruraux opprimés par l'Etat alors qu'il n'est que le triste représentant d'une classe politique incapable. Ah ça ! Il peut faire des moulinets avec les bras...

Il y a quelque chose d'indécent dans ce pitoyable spectacle départemental. Il parait que certains élus de l'opposition ont demandé une démission collective de tous les élus départementaux : ce serait la seule attitude digne. Mais elle a peu de chances d'être suivie d'effet. Nous aurons donc Camani qui continuera à brasser du vent, maintenant que le voilà auto-proclamé "responsable du groupe de travail relatif aux difficultés financières des départementaux ruraux".

Nous voilà rassurés...

photo JM Mazet

photo JM Mazet

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article