2 ans de blog

Publié le par Bernard LUSSET

Il y a bientôt deux ans, en pleine "affaire Dray" (l'histoire des montres...), j'ai pris la décision d'ouvrir ce blog, pour dire ma colère de voir ainsi l'honneur d'un homme politique jeté en pâture publique, avant même que la justice ne se soit prononcée.  Le fait que la victime du moment soit un responsable politique du PS ne diminuait en rien mon écoeurement devant un tel lynchage, dont on apprendra plus tard, après que la justice (la vraie) soit passée par là, qu'il était largement disproportionné.

 

Deux ans après, et près d'une centaine de chroniques plus tard, quel bilan fais-je de ce blog ?

 

Le premier enseignement que j'en tire, c'est la nécessité, lorsqu'on s'engage en politique, de ne pas seulement faire les choses, mais aussi dire pourquoi on les fait et partager ses convictions. En clair : s'exposer.

 

Cette idée peut sembler banale. Elle ne va pourtant pas de soi.

Lorsque vous devenez "élu", le regard des autres se modifie : vos amis, vos voisins, vos collègues voient de moins en moins en vous l'ami, le voisin, le collègue, mais l'élu, même si vous êtes resté profondément ce que vous étiez avant.  Aux yeux du plus grand nombre, je l'ai souvent dit, vous entrez dans la catégorie des "politiques". Or, c'est peu dire que cette catégorie est aujourd'hui décriée, au-delà des moqueries qui ont toujours accompagné les pouvoirs dans l'histoire. Elu, vous devenez subitement (pour bien des gens. Pas tous...) à la fois sourd, idiot, malhonnête, incompétent, égoïste. J'en passe et des meilleurs.

 

En toute rigueur, les "politiques", y compris locaux, prêtent parfois le flanc à la critique : dans la vie de tous les jours, il n'est pas simple d'être excellent en permanence, d'offrir une capacité constante d'écoute et d'emphatie, de répéter calmement des dizaines de fois la même argumentation... même si ça fait partie du job !

 

Il est donc plus qu'utile, il est indispensable de mener ce travail de dialogue, d'explication, de communication que les autres attendent de vous, en toute circonstance, même lorsque votre tempérament vous inclinerait davantage à la discrétion.

 

Ce blog, parmi d'autres, est un outil qui, je le sens bien, a permis à ses lecteurs de mieux comprendre ce que nous faisons -et au milieu de l'action collective, ce que je fais- en complément de ce qui peut être dit ou écrit par ailleurs (le nombre de sottises en tous genres qui circulent est inimaginable...!)

  

Ce blog permet aussi de s'affranchir de la dictature de l'actualité.

 

Et ce n'est pas son moindre intérêt.

Combien de fois ai-je pesté de voir tel évènement, tel article, telle idée, passés sous silence alors qu'il(s) revêt(ent), à mes yeux, une grande importance ? A l'inverse, je suis pris parfois de raz-le-bol devant des déferlements médiatiques au sujet de micro-évènements sans lendemain (la Porsche de DSK ou "ses" costumes, le procès en racisme ordinaire fait à Laurent Blanc, etc... Le combat pour un mot semble davantage passionner ceux qui nous gouvernent que la réalité des faits)

Au moins, dans ce blog, je maîtrise l'actualité que je propose aux internautes qui me lisent !

 

J'ajoute que, dans une époque où 160 caractères (un texto) semblent être le plafond indépassable au-delà duquel "les gens ne lisent plus", je prends un certain plaisir à m'affranchir des contraintes de longueur de texte, même si je fais de vrais efforts de concision. Cette liberté permet, je le crois, d'être à la fois plus clair, plus complet, et sans doute au final mieux compris des internautes qui eux, font le choix de lire.

 

Ce blog enfin est un bon exercice de structuration de la pensée

  ecriture.jpg

Choisissez un sujet d'actualité locale ou nationale.

N'importe lequel.

Mettez-vous devant l'écran de votre PC (ou prenez votre plume) et écrivez en une page ce que vous pensez du sujet.

Donnez votre texte à lire à un proche... et croisez les doigts !

 

Voilà, aussi, à quoi sert un blog : réfléchir avant d'écrire, mettre ses idées en ordre, peser le pour et le contre, hiérarchiser ses priorités et tout ça sous une forme qui soit susceptible d'être lue.

 

Pourquoi parler de tel sujet ? Pourquoi se taire sur tel autre ? Est-ce que mon texte d'aujourd'hui est cohérent avec celui que j'ai écrit hier ? Ai-je changé de point de vue ? Ai-je dit pourquoi ? Sacré exercice !

 

Mais depuis deux ans, je l'avoue, cet exercice-là m'a beaucoup aidé, au milieu des soubresauts de l'actualité locale et nationale, à mettre mes idées au clair, à argumenter, à prendre du recul : bref, à donner un peu de corps et de coeur à mes convictions.

 

Ce blog fait-il partie des "must" vers lesquels la globosphère se tourne ? Non ! Et ce n'était pas mon intention ! Mais il creuse son petit sillon, gentiment. Les conversations qui se nouent au fil de mes rencontres me laissent à penser que, dans les surfs mystérieux d'internet, quelques-unes de mes idées cheminent ou posent question. Tant mieux.

 

Et puis il y a des moments amusants : j'ai littéralement "explosé" les statistiques de fréquentation de ce blog le 23 janvier dernier : plusieurs milliers d'internautes ont convergé en quelques heures vers mon site !

Reconnaissance publique de ma qualité de plume ? Non : j'avais simplement publié un article quelques heures plus tôt, intitulé "PSG : Agen a déjà gagné le match". La juxtaposition du nom des deux clubs de foot a fait ressortir mon blog en premier rang dans les moteurs de recherche des internautes qui voulaient avoir... le résultat du match !!  Internet apprend aussi la modestie...!

 

En tout cas, je veux saisir l'opportunité de cette chronique n° 94 pour vous remercier, vous lecteur anonyme ou non, du temps passé, régulièrement (*) ou non, à lire ces chroniques.

Parce que les bouteilles jetées à la mer ne prennent tout leur sens que lorsque quelqu'un, quelque part, la trouve, l'ouvre et lit le message...

 

 

(*) si vous souhaitez être informé(e) automatiquement des publications de chroniques de ce blog, n'hésitez pas à écrire votre adresse mail en haut de cette page.

Publié dans on en parle à Agen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article